Kris Jenner accusée d’harcèlement sexuel par un ex-garde du corps

Kris Jenner Marc McWilliams
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

Kris Jenner serait sur le point de faire face à deux nouvelles allégations d’inconduite sexuelle et de comportement «raciste» à l’égard de son ex-agent de sécurité, qui a déjà accusé la matriarche Kardashian de faire des « avances sexuelles importunes ».

Kris Jenner Marc McWilliams

Marc McWilliams, un rappeur ponctuel devenu gardien de sécurité de la famille Kardashian, qui a travaillé pour le célèbre clan de la télévision en 2017 et 2018, a accusé la matriarche Kardashian de « l’avoir rabaissé en raison de sa race » et de faire « des avances sexuelles indésirables », y compris de s’exposer à lui et de lui toucher l’aine l’année dernière.

La fille de Kris, Kourtney Kardashian, a également été nommée dans le procès.

Kris Jenner Marc McWilliams

Selon le Daily Mail, l’ancien garde du corps Marc Williams remplira plus d’allégations contre la matriarche Kardashian devant un tribunal de Los Angeles.

Ni Kris, Kourtney, ni Marc n’ont comparu à l’audience de mercredi à la Cour supérieure de Los Angeles avec seulement l’avocat de l’accusateur, Elisheva Rafael, présent par téléphone. L’avocate aurait déclaré à la juge Susan Bryant-Deason qu’elle était en train de déposer une plainte modifiée qui contiendra «deux nouvelles allégations contre Kris Jenner».

Le juge Bryant-Deason a ordonné à l’avocat de déposer la plainte modifiée «dans un délai d’une semaine».

L’avocat de Kris a déclaré mercredi dans un communiqué :

« Cette plainte, déposée en septembre, n’a pas encore été signifiée à Mme Jenner et concerne des événements qui se seraient produits il y a plus de deux ans. Les allégations ne sont pas seulement erronées et scandaleuses, mais semblent conçues pour contraindre Mme Jenner au silence via un règlement. Cela n’arrivera pas.

Au contraire, Mme Jenner a pleinement l’intention de demander une justification au procès, armée de preuves qui montreront la fausseté des allégations formulées. Par la suite, Mme Jenner poursuivra tous ses recours juridiques disponibles pour protéger sa réputation et pour responsabiliser ceux qui ont intenté cette action. »

Selon les déclarations de McWilliams dans sa plainte initiale, Kris «provoquait fréquemment et régulièrement un contact physique intime de son corps» avec son corps.

Parmi ses comportements « inappropriés » et « sexuellement suggestifs », il a énuméré :

« Masser (son) cou, ses épaules, ses bras et son dos sans son consentement

Faire reposer sa main sur (sa) cuisse et son aine

Faire frotter son bassin contre (son) dos ou son arrière sans son consentement ou son approbation

Faire entrer ses mains en contact avec (son) arrière sans son consentement ni son approbation

Exposer des parties de son corps à (lui) d’une manière obscène ou suggestive »

Il a été suspendu de son travail avec Kris, mais a continué à travailler pour Kourtney jusqu’à son licenciement le 12 septembre 2018, a déclaré McWilliams dont le procès allègue également un licenciement abusif contre ses employeurs, David Shield Security et Armor Protection Services.

McWilliams a affirmé qu’après son licenciement, il avait subi « du harcèlement, de l’intimidation et des menaces de mauvaise conduite dans le but de le dissuader ou de l’empêcher d’intenter toute forme d’action contre les accusés pour leur faute illégale ».

Une nouvelle audience pour l’affaire est prévue le 23 mars.

Lire aussi :

0

Tu as aimé cet article ?

Alors inscris toi vite à notre newsletter pour ne rien manquer des derniers buzz !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

À lire aussi