« La stabilité est assurée par la France qui maintient une parité entre l’euro et le franc de la Communauté financière africaine (CFA) », dixit Marion Maréchal

France CFA
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

Depuis un certain temps, la majorité des africains qui dépendent du Franc CFA, ont commencé par réclamer leur autonomie financière par rapport à la France.  En effet, le CFA est considéré comme une représentation du néocolonialisme, une permanente domination de la France sur ses anciennes colonies devenues indépendantes.

Les présidents Emmanuel Macron et Alassane Ouattara avaient annoncé en 2019, l’avènement de la nouvelle monnaie, l’Eco, pour remplacer le CFA. Le remplacement était initialement prévu pour fin 2020, mais le projet a été repoussé et actuellement plus personne n’en parle.

Aujourd’hui les propos de la femme politique française, Marion Maréchal LePen ne semble pas aller dans le sens du remplacement du CFA. En effet, elle déclare à la radio Paris Sud :

«  En réalité, les Russes, les Chinois, les Turcs n’en ont strictement rien à foutre que l’Afrique se porte mal, qu’ils vivent sous des économies de rente. La France, en revanche, a tout intérêt à ce qu’elle se porte bien, à ce qu’elle se développe, parce que c’est son environnement régional proche. Et que si ces économies s’effondrent, la réalité c’est que c’est nous qui en paierons les conséquences sur le plan, évidemment, migratoire et sécuritaire. […] C’est la raison pour laquelle la France a tout intérêt à garder cette stabilité monétaire, et à encourager les réformes nécessaires en parallèle. »

Lire aussi : Urgent : Emmanuel Macron testé positif au coronavirus

Que dire ?

Les huit pays utilisateurs du CFA, (Bénin, Burkina Faso, Cote d’Ivoire, Guinée-Bissau, Mali, Niger, Sénégal et Togo) étaient plus que favorables à cette décision. Ces pays cherchent à avoir leur propre monnaie pour rehausser leurs économies. Mais selon Mme Maréchal, les dirigeants africains ont utilisé le CFA comme « bouc émissaire de leur défaillance ».

Il faut savoir que les pays utilisant le CFA sont en majorité parmi les plus pauvres d’Afrique. On se demande sur quoi se base Marion Maréchal pour certifier que le maintien du CFA vaudrait mieux pour les africains que l’ Eco ou n’importe quel autre monnaie différente du CFA et propre à ces derniers.

Lire aussi : France : Le premier ministre précise les détails du prochain déconfinement

0

Tu as aimé cet article ?

Alors rejoins nous sur nos différents canaux de diffusion
pour ne rien rater de nos dernières actus !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

À lire aussi