Laurent Gbagbo : Voici les dessous de son entretien avec le premier ministre Hamed Bakayoko

Laurent Gbagbo
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

L’ancien président de la Côte d’Ivoire Laurent Gbagbo pourrait désormais rentrer dans sa Côte d’ivoire natale sans soucis administratifs puisqu’il venait d’obtenir son passeport ce vendredi 04 décembre. Cette annonce historique pour la Cote d’Ivoire est aussi en partie grâce à ce coup de fil que Laurent Gbagbo et le premier Ministre Hamed Bakayoko se sont passé.

En effet, les avocats de Laurent Gbagbo affirment qu’il s’est entretenu, ce mercredi 5 novembre, par téléphone avec le Premier ministre Ahmed Bakayoko. Il a, selon eux, fait part de sa préoccupation et de son émotion après l’encerclement de la résidence de l’ancien président Henri Konan Bédié. Un geste politique qui vient confirmer la nouvelle posture de l’ancien président

Laurent Gbagbo s’installe, avec ce nouveau geste politique, dans la posture de l’opposant rassembleur. Selon ses avocats, l’entretien téléphonique a eu lieu en fin de journée. Il lui a donné l’occasion de faire part au Premier ministre, Ahmed Bakayoko, de sa « préoccupation » quant au traitement infligé à Henri Konan Bédié et à d’autres personnalités politiques. Laurent Gbagbo s’est également ému de la situation de l’épouse de ce dernier, Henriette Bédié.

L’une des avocates de Laurent Gbagbo, maître Habiba Touré, explique qu’il a invité le Premier ministre « à apaiser la situation en favorisant le dialogue plutôt que la répression ». L’ancien président s’est, dit-elle, « réjoui de la très bonne disponibilité du Premier ministre Hamed Bakayoko, qui a promis de poser des actes en faveur de la décrispation du climat politique. »

Lire aussi : Urgent : Laurent Gbagbo peut enfin rentrer en Côte d’Ivoire

Les conseils du président cherchent à donner une certaine solennité à cet appel. Ils précisent que cet entretien a eu lieu « après dix ans sans aucun contact avec le pouvoir en place ».

0

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

À lire aussi