Le message fort de Debordo Leekunfa aux politiciens ivoiriens

debordo leekunfa
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

Debordo Leekunfa s’est encore affiché devant les internautes pour dire ce qu’il pense vraiment des politiciens, conformément à la situation politique de son pays la Côte d’ivoire à quelques jours de l’élection présidentielle.

Dans une publication sur sa page Facebook, Debordo Leekunfa s’en est pris aux hommes politiques ivoiriens sans exception de bord. Il a mis pouvoir et opposition dans la même marmite pour les cuisiner sur la notion de la paix en Côte d’Ivoire qui selon lui n’est qu’un leurre.

«De quelle paix parlez-vous ? Une paix partisane qui profite seulement qu’au pouvoir en place … ou une paix qui réunit tous les fils de la Côte d’Ivoire du Nord, du Sud, de l’Est, de l’Ouest sans oublier tous ces exilés comme Gbagbo Laurent, Blé Goudé, Soro Guillaume »

«De quelle opposition parlez-vous ? Une opposition qui prône l’ivoirité, qui sent de la xénophobie, qui diabolise le Dioula, stigmatise le nordiste, offense ceux qui ne sont pas du même avis qu’eux ou une opposition qui instrumentalise cette jeunesse ivoirienne à des fins personnelles », a-t-il dénoncé.

Poursuivant, Debordo Leekunfa a fait savoir que les politiciens ivoiriens sont limités dans leurs plans. «Laissez-moi rigoler. Pitié pour les politiques de Côte d’Ivoire … Désolé de vous le préciser ; vous êtes (…) limités dans vos plans ! Vous êtes tous limités et coupables ! Très chers politiques »

«J’appelle à la vigilance de cette jeunesse fragile par faute de moyens et de boulot, de se méfier des politiciens. Leur méthode : tout pour moi, rien pour les autres ; ils te diront que c’est pour ton futur mais pour mon futur et le futur de mes enfants, mon père ne m’a jamais demandé de tuer pour réussir dans la vie…»

0
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

À lire aussi