Les Français sont-ils en train de quitter Paris à cause du confinement ?

confinement
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

La plupart des Français ne sont pas prêts d’oublier tout le temps douloureux passé lors du dernier confinement. Et beaucoup ne veulent plus endurer l’enfer du confinement dans les quatre coins de leurs murs à Paris. Au-delà de l’épidémie elle-même, il existe un impact psychologique négatif, indépendant, significatif et durable chez les français en général.

Beaucoup n’ont d’autres choix que de subir le confinement dans la capitale parisienne. Toutefois, pour d’autres français, pas question de vivre l’enfer à Paris. Le meilleur plan serait de quitter et d’aller voir ailleurs. Pourquoi pas aller en province, en campagne ou carrément venir en Afrique ?

Lire aussi : France : Manifestations en cours en pleine nuit contre le confinement (vidéo)

Le confinement à Paris : un vrai traumatisme à fuir ?

Avec près de 700 km de bouchons cumulés en Île-de-France, la situation sur les routes était exceptionnelle jeudi 29 octobre, quelques heures avant l’entrée en vigueur du nouveau confinement décrété par le gouvernement.

En fin d’après-midi, le site d’information routière Sytadin relevait environ 700km de cumul de bouchons en Île-de-France; les routes étaient cependant bouchées aussi dans le sens des retours vers Paris.

Mercredi soir, le même site relevait déjà plus de 335 km, soit deux fois plus que la normale, d’embouteillages cumulés avant l’allocution d’Emmanuel Macron annonçant le reconfinement de la France pour tenter d’endiguer la deuxième vague de l’épidémie de Covid 19. Le vendredi matin à 7h30, seulement 48km de bouchons étaient relevés.

De nombreux Parisiens ont également investi les gares. Dans la même soirée, Montparnasse a connu une grosse affluence. La SNCF a assuré que tous les trains circulaient normalement jusqu’au 1er novembre.

Le confinement : quels risques probables pour les confinés ?

Plusieurs des études sélectionnées ont comparé les résultats psychologiques de personnes mises en quarantaine à ceux de personnes poursuivant normalement leurs activités quotidiennes. Parmi leurs conclusions :

  • Des personnels hospitaliers déclarent, immédiatement après la fin d’une période de quarantaine de 9 jours des symptômes de stress aigu. Dans la même étude, le personnel mis en quarantaine s’avère beaucoup plus susceptible de signaler l’épuisement, le détachement des autres, l’anxiété, l’irritabilité, l’insomnie, une difficulté de concentration et l’indécision, une baisse d’efficacité et de motivation au travail .
  • Toujours chez des personnels de santé, la mise en quarantaine reste un facteur prédictif de symptômes de stress post-traumatique, 3 ans après le confinement.
  • Des scores moyens de stress post-traumatique sont 4 fois plus élevés chez les enfants confinés vs ceux non mis en quarantaine. Dans la même étude, 28% des parents mis en quarantaine présentent des symptômes suffisants pour justifier un diagnostic de trouble de santé mentale (vs 6% des parents non mis en quarantaine). 

0

Tu as aimé cet article ?

Alors inscris toi vite à notre newsletter pour ne rien manquer des derniers buzz !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

À lire aussi