Libye : Cessez-le-feu historique entre les belligérants

cessez-le-feu
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

Les nouveaux maitres de la Libye de Mouammar Khadafi sont parvenus à un accord historique après cinq jours de discussions intenses à Genève.

Les Nations unies ont annoncé, ce vendredi 23 octobre, un cessez-le-feu global et permanent en Libye entre le camp de Khalifa Haftar à Benghazi et celui du gouvernement d’union nationale basé à Tripoli. Les belligérants ont signé un accord

En effet, depuis la conférence de Berlin en janvier 2020, trois commissions ont négocié pour sortir de la crise. La dernière, à Genève, était chargée des questions sécuritaires et militaires. « Beaucoup reste à faire dans les semaines à venir », estime toutefois Stéphanie Williams, cheffe de la Manul, la force onusienne présente dans le pays. Et si le chemin pour aboutir à cet accord de cessez-le-feu « global et permanent » a été  « long et difficile », ce qui reste à faire l’est aussi. 

Un cessez-le-feu qui exclut les mercenaires

Selon l’accord, les mercenaires étrangers doivent quitter la Libye dans une période de 90 jours, à compter de ce vendredi 23 octobre. C’est un point très important pour que la paix puisse être effective. Dans le même temps, les forces armées locales doivent retourner à leurs bases et se retirer des alentours de Syrte. Des comités militaires conjoints veilleront à l’application de l’accord et se chargeront du mécanisme de retrait, de la formation des forces communes à qui on confie la sécurité du pays.

La question des milices est laissée au nouveau gouvernement d’union nationale, qui devrait les dissoudre tout en intégrant certains de ces éléments dans l’armée régulière. Le gouvernement doit aussi terminer le travail sur la réunification de l’armée.

Lire aussi : Libye : Hillary Clinton accusée d’être une terroriste

Un cessez-le-feu soutenu par la communauté internationale

Une réunion inclusive, sous l’égide de l’ONU, regroupant des représentants des deux parties, de l’ancien régime, mais aussi de la société civile, doit avoir lieu le 9 novembre prochain en Tunisie. On devrait y discuter notamment de la nomination d’un gouvernement d’union nationale. Ces discussions se feront une fois encore sans Moscou, ni Ankara, ni Abou Dhabi.

Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a salué l’accord de cessez-le-feu, jugeant qu’il s’agissait d’« une étape fondamentale vers la paix et la stabilité en Libye ». Sans les nommer, il a appelé les acteurs régionaux à le respecter, et s’assurer de son application au plus vite.

« J’en appelle à la communauté internationale pour soutenir les Libyens à implémenter ce cessez-le-feu, et à mettre fin à ce conflit. J’invite les parties libyennes à maintenir le Momentum actuel. Il n’y a pas de solution militaire au conflit en Libye, cet accord de cessez-le-feu est une étape critique. Un travail difficile nous attend. »

Un cessez-le-feu à exécuter de bonne foi par les libyens

Le secrétaire général a insisté sur le fait que la résolution du conflit devait être gérée par et pour les Libyens, une critique entre les lignes de l’Égypte, la Russie et les Émirats arabes unis qui soutiennent le maréchal Haftar, et de la Turquie, alliée du GNA de Sarraj, rapporte notre correspondante à New York, Carrie Nooten. D’autant que la Turquie a déjà mis en doute la viabilité de ce cessez-le-feu, qui n’a pas été conclu au plus haut niveau selon elle. 

Un cessez-le-feu qui ne fera pas long feu ?

Quelques heures à peine après avoir été paraphé par dix haut gradés militaires, Recep Tayyip Erdogan a en effet moqué cet accord pour son manque de crédibilité, explique notre correspondant à Tunis, Mathieu Galtier. Pour le président de la Turquie, présente militairement au côté des forces du gouvernement de Tripoli, les signataires malgré leur grade de majors et de brigadiers généraux n’ont aucun poids. 

0
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

À lire aussi