Libye : Le gouvernement de Tobrouk démissionne face aux revendications de la population

libye démission gouvernement
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

En Lybie, le gouvernement de Tobrouk a présenté sa démission au parlement local ce dimanche après de nombreuse manifestation de la population. En effet, les habitants se sont mis en colère suite à la détérioration des services publics notamment celle l’électricité (et autres) et ont entrepris d’envahir les rues. Cette population émet des revendications concernant la situation économique ainsi que les conditions de vie déplorable des autochtones.

Cette démission intervient après quatre jours de manifestations contre les conditions de vie économiques et sociales dégradées des habitants dans l’Est libyen. Débutées à Tripoli, les manifestations se sont étendues à l’ouest du pays en aout dernier. Selon les militants, seule la démission de ce gouvernement apaisera leur colère.

Pour la première fois, des slogans hostiles au camp de Khalifa Haftar ont été apposés sur les murs de Benghazi. Les manifestations qui dénoncent la corruption accusent le fils du maréchal de voler l’argent public. Cliquez pour tweeter

C’est suite à la convocation urgente adressée par Aguila Saleh, le chef du Parlement basé à Tobrouk, que la démission du gouvernement provisoire dirigé par Abdallah al-Thani a été annoncée à ce dimanche.

Le porte-parole du Parlement a ensuite annoncé que les mésures concernant ce gouvernement seront prises lors d’une séance de la Chambre dédiée à cette question sans toutefois préciser une date. En attendant, il continue à gérer les affaires courantes.

Avec RFI

0

Tu as aimé cet article ?

Alors inscris toi vite à notre newsletter pour ne rien manquer des derniers buzz !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

À lire aussi