Lolo beauté à Emmanuelle Kéita : « Tu es une prostituée sans client, moi je ne gagne pas mon argent à la sueur de mes poils »

Emmanuelle Kéita Lolo Beauté clash insultes prostituée
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

Le clash Lolo Beauté-Emmanuelle Kéita semble ne pas vouloir s’arrêter. La sœur de Camille Makosso ne veut pas enterrer la hache de guerre comme le lui avait conseillé son frère; elle répond vivement avec des insultes pires que la dernière fois.

« Tu es une prostituée qui ne gagne pas de client. Moi, je ne gagne pas mon argent à la sueur de mes poils, mais de mon front. Tu es remplie de silicone. moi je suis fidèle en amitié, tu n’es qu’une profiteuse, une opportuniste qui se colle parce qu’elle veut une  »bite » en or. Tu es une maudite depuis le bas âge« 

Elle n’y est quand même pas allée de main morte dans ses directs comme d’habitude. Elle a descendue la jeune femme à coups d’insultes et a continué en disant :

LIRE AUSSI : Général Makosso : Lolo Beauté réprimande vivement le pasteur , voici pourquoi

« Ma petite Emmanuelle Kéita je suis certes une femme vulgaire comme tu l’as dis dans ton direct. Mais je le suis juste dans les propos que je tiens sur Facebook. Mais contrairement à toi, je n’utilise pas mon corps pour m’adonner à la vulgarité. Poisseuse des réseaux sociaux. Tu as tellement collectionné les hommes qu’à seulement 33 ans tu as le visage d’une femme de 75 ans. Malgré ces silicones que tu as dans ta poitrine et ton langage soutenu tu n’es pas capable de retenir un homme. Kafoumba t’a fui. Chambertin t’a quitté en pleine nuit. Tu dis être une femme d’affaires mais tu n’as aucun chiffre d’affaires. Moi Je ne suis pas une prostituée, mais je suis une femme d’affaires. Toi tu sais très bien ce que tu fais de ta vie« 

A quand la fin de cette guerre sur les réseaux sociaux? Nous ne savons guère.

0
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

À lire aussi