Mort de Sidney Poitier, premier Afro-Américain à recevoir l’Oscar du meilleur acteur

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

Né américain par accident, l’acteur Sidney Poitier est mort ce 7 janvier 2022 à l’âge de 94 ans. Il aura traversé l’existence avec grâce.

« Quarante ans que je cours après Sidney et finalement, ils me donnent la statuette ! » Nous sommes le 24 mars 2002 et Denzel Washington est sur la scène du Kodak Theater, à Hollywood, avec dans les mains son Oscar du meilleur acteur pour son rôle de flic ripou dans Training Day. C’est le premier Oscar remporté par un Noir pour un premier rôle depuis Sidney Poitier, en 1964. « Mais qu’est-ce qu’ils trouvent le moyen de faire ? » reprend faussement indigné celui qui fut révélé à l’écran par Cry Freedom en 1987. « Ils lui donnent un autre Oscar le même soir ! » « Sidney, s’amuse alors Denzel Washington, je vais toujours te courir après. Je suivrai toujours ta trace ! ».

En ce moment historique – car Halle Berry devient ce même soir de 2002 la première comédienne noire à recevoir l’Oscar de la meilleure actrice pour A L’Ombre de la haine – c’est bien vers Sidney Poitier que tous les regards se tournent alors qu’il vient d’être lui-même récompensé par l’Académie d’un Oscar d’honneur pour l’ensemble de son œuvre. Quelques heures auparavant, droit comme un i du haut de ses 1,89 m, le doyen de la cérémonie, alors âgé de 75 ans, avait déjà fait sensation par sa prestance et son élégance sur le tapis rouge, entouré de son épouse, Joanna Shimkus, et de leurs deux filles.

Lire aussi :  Voici pourquoi l’acteur John Boyega a mis fin à son contrat avec Jo Malone

Pour plusieurs générations d’acteurs issus de la minorité noire, même encore aujourd’hui, cet homme à l’incroyable destinée aura représenté un modèle, un symbole, celui qui a fait tomber les barrières avec grâce et dignité, sans pratiquement jamais hausser le ton. Une image parfois jugée un peu trop lisse au goût de certains à une époque, souvent les mêmes qui reprochaient à Martin Luther King de n’être pas assez radical par rapport Malcolm X. Difficile de faire l’unanimité évidemment ; toujours est-il que, au tournant des années 1960-1970, Sidney Poitier fut l’acteur le plus « bankable » du cinéma américain, une distinction totalement inimaginable lorsqu’on remonte le fil de son existence jusqu’à son point de départ.

LIRE AUSSI: Cette femme surprend sa bonne avec un gros gâteau pour son anniversaire (vidéo)

Articles similaires

Tu as aimé cet article ?

Alors rejoins nous sur nos différents canaux de diffusion
pour ne rien rater de nos dernières actus !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

À lire aussi