Mozambique / Horreur : 50 civils décapités par des djihadistes

Mozambique / Horreur : 50 civils décapités par des djihadistes
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

C’est une scène d’horreur que raconte la presse mozambicaine. Au moins 50 civils mozambicains ont été tués par décapitation après une attaque terroriste dans la province du Cabo Delgado. Plusieurs des victimes ont été ensuite démembrées, indique-t-on.

Selon plusieurs médias ont rapporté le massacre qui a été découvert, le 7 novembre 2020. « Plus de 50 Mozambicains ont été décapités par des terroristes dans le Cabo Delgado », rapportent plusieurs médias dont le site lusophone Plateforme Media, le bulletin mozambicain Media Fax ou encore la chaîne britannique BBC.

Les crimes barbares sont imputés à des « militants islamistes radicaux » qui ont fait allégence à Daesh et qui sévissent dans cette province mozambicaine riche en gaz. Depuis 2017, les terroristes mènent des actions dans cette partie du Mozambique.

Lire aussi : Sénégal : Abdoulaye Wade tire sur le nouveau gouvernement de Macky Sall

Selon les sources locales, les terroristes ont attaqué les habitants du istrict de Muidumbe aux cris de “Allah Akbar“ chassant ainsi les populations. Les criminels se sont ensuite approvisionnés avant de mettre le feu dans les habitations.

Les habitants capturés ont été ensuite regroupés dans un terrain de football pour y être décapités. Selon les médias qui rapportent la découverte macabre, la majorité des victimes étaient des adolescents. Certains étaient tout juste circoncis et avaient pris part à une cérémonie d’initiation masculine.

Avec Afriqueactuelle

0

Tu as aimé cet article ?

Alors inscris toi vite à notre newsletter pour ne rien manquer des derniers buzz !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

À lire aussi