Muriel Blanche : L’actrice opte pour le concept de la diva ivoirienne et suscite indignation

Muriel Blanche

Depuis son voyage aux États-Unis, l’actrice camerounaise Muriel Blanche passe par de sacré moment sur la toile. Elle vient d’être réprimandée par une chroniqueuse de son pays par rapport à son titre qui semble être une imitation.

Autoproclamé UDM

Binkù, une chroniqueuse camerounaise s’exprime par rapport au titre UDM autoproclamé par Muriel Blanche dans une de ses publications.

Pour elle, le problème est que Muriel Blanche a voulu tricher le concept d’une autre star. Selon la chroniqueuse, tout le monde sait que l’appellation UDM a été attribuée à l’ivoirienne Emma Lohoues il y a quelques mois lors de son passage dans les magasins FENDI.

« Pour se démarquer dans le showbiz il faut avoir de l’imagination. Tricher un concept te rend d’avance plus petit que l’auteur », a-t-elle déclaré avant de citer les personnes qui ont su se démarquer. « Nathalie Koah est la nationale ; Coco Emilia est le Biscuit de mer ; Emma Lohoues est l’unité de mesure ; Muriel Blanche pouvait se faire appeler L’IDR= l’identité remarquable par exemple. »

La chroniqueuse avoue que le comportement de Muriel Blanche laisse penser qu’elle manque de personnalité car, avant ce titre de UDM, l’actrice camerounaise optait pour le surnom Beyoncé du Cameroun.

« Il faut avoir de l’audace pour se créer son propre lexique dans cet environnement pimentique », a-t-elle conclu.

La tenue à polémique

Concernant la tenue de Muriel Blanche au gala auquel elle avait été invitée aux Etats Unis, la chroniqueuse s’était également exprimé.

Lire aussi :  « Squid Game » : L’actrice HoYeon Jung nommée ambassadrice de Louis Vuitton

« On se demande quel est le rôle des managers de nos stars ? Leur rôle c’est lequel ? Avant de se rendre à un évènement où qu’il soit, on se renseigne un tout petit peu sur le but de l’événement nor ? Juste un peu. Même si elle ne comprend pas l’enjeu, elle aurait entendu le mot “africain” et aurait évité toute cette honte de se sentir intruse. On va dire que les influenceuses camerounaises ont tout sur la tête (perruque) mais rien à l’intérieur. Parce que quoi qu’on dise, Emma Lohoues, Emmanuelle Keita et les autres influenceuses ivoiriennes en ont dans le tibia. Quand tu les écoutes, malgré le Ndjansan et les faux cheveux, elles savent se tenir et éviter à leur nation ce genre de frasque. », avait-elle déclaré.

Articles similaires

Tu as aimé cet article ?

Alors rejoins nous sur nos différents canaux de diffusion
pour ne rien rater de nos dernières actus !

[wp_applaud]

À lire aussi