Nigéria : La start-up Paystack désormais aux mains du géant du payement en ligne Stripe

Playstack
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

Le géant du paiement par internet Stripe vient de procéder à l’acquisition de Paystack. Ce dernier est une start-up implantée à Lagos, au Nigéria. Stripe comme Paystack, offrent un moyen rapide d’intégrer des services de paiement dans une transaction en ligne ou hors ligne via une API ( Application Programming Interface).

Paystack compte actuellement environ 60.000 clients, y compris des petites entreprises, des grandes entreprises, des fintechs, des établissements d’enseignement et des sociétés de paris en ligne.

Le plan sera de continuer à fonctionner de manière indépendante, ont déclaré les entreprises.

Les termes de l’accord ne sont pas divulgués, mais des sources proches confirment qu’il dépasse 200 millions de dollars. Cela en fait la plus grande acquisition de démarrage au Nigéria, ainsi que la plus grande acquisition de Stripe à ce jour. Un point commun qui consolide la coopération entre les deux sociétes.

Playstack
Les fondateurs de Playstack

Pour rappel Stripe avait déjà annoncé en début d’année qu’elle avait obtenu un financement supplémentaire de 600 millions de dollars. La principale raison de ce financement était d’étendre ses services de paiement basés sur l’API à plus de zones géographiques. Aujourd’hui, la société suit ce plan sous la forme de fusions et acquisitions avec Paystack.

Un accord avec des intérêts partagés ?

L’accord souligne deux points intéressants à propos de Stripe. Désormais elle est évaluée à 36 milliards de dollars et régulièrement présentée comme candidate à une introduction en bourse. Tout d’abord, il double son expansion géographique. Même avant cette nouvelle, il avait ajouté 17 pays supplémentaires à sa plate-forme au cours des 18 derniers mois, ainsi qu’une expansion progressive des fonctionnalités. Aussi, Stripe met-il un pari sur les marchés émergents d’Afrique spécifiquement dans l’avenir de sa propre croissance.

«Il y a une énorme opportunité. En chiffres absolus, l’Afrique est peut-être plus petite actuellement que d’autres régions, mais le commerce en ligne augmentera d’environ 30% chaque année. Et même avec des baisses, les acheteurs en ligne croissent deux fois plus vite. Stripe pense à un horizon temporel plus long que les autres car nous sommes une société d’infrastructure. Nous réfléchissons à ce à quoi le monde ressemblera en 2040-2050.», a déclaré Patrick Collison, co-fondateur et PDG de Stripe, dans une interview avec TechCrunch.

Playstack

Pour Paystack, l’accord donnera à l’entreprise beaucoup plus de carburant pour se développer davantage au Nigeria et s’étendre à d’autres marchés.

«Paystack n’était pas à vendre lorsque Stripe nous a contactés. Pour nous, il s’agit de la mission. Je suis motivé par la mission d’accélérer les paiements sur le continent et je suis convaincu que Stripe nous aidera à y arriver plus rapidement. C’est un geste très naturel. », a déclaré  Akinlade , qui a cofondé la société avec Ezra Olubi.

Lire aussi : Google Maps : Une nouvelle fonctionnalité montrera combien de cas Covid-19 se trouvent dans votre région

Acquisition de Paystack : une opération avec des risques plus ou moins étendus

Stripe, avec ses activités fermement dans le monde des transactions numériques, a déjà une ligne forte dans la détection et la prévention de la fraude et d’autres crimes financiers. Il a développé une vaste plate-forme d’outils et de moyens de prévention contre la fraude.

Malgré tous ces garde-fous, les incidents peuvent passer entre les mailles du filet. Le mois dernier, Stripe avait été condamnée à une amende de 12.000 dollars  dans une affaire au Massachusetts après avoir omis de protéger les utilisateurs contre une escroquerie de crypto-monnaie de 15 millions de dollars.

Désormais, créer une entreprise au Nigeria pourrait donner à l’entreprise un autre type d’exposition au risque. Le Nigéria est la plus grande économie d’Afrique, mais c’est aussi l’une des plus corrompues du continent, selon une étude de Transparency International.

A tout cela s’ajoute la situation socio-politique tendue liée à la demande de suppression de l’unité spéciale du SARS dans le pays.

0
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

À lire aussi