Nigeria : Le Président Buhari sort enfin de son silence et menace les manifestants

Buhari
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

Le Président nigérian, Muhammadu Buhari, resté silencieux depuis le début de la crise Endsars, s’est finalement adressé à sa nation. C’est un message télévisé qui date de ce jeudi 22 octobre dans le but de calmer les ardeurs des manifestants Endsars.

Il n’a cependant rien dit sur la répression de la contestation. Cependant, le président Muhammadu Buhari réitère ses promesses de réformes et regrette que celles-ci n’aient pas été prises plus au sérieux par les Nigérians qui réclament toujours des actes concrets.

« J’ai été très clair sur le fait que la dissolution de la brigade SARS s’inscrit dans notre engagement à mettre en œuvre une réforme étendue de la police. Malheureusement, la vitesse à laquelle cette décision a été prise, semble avoir été assimilée à de la faiblesse. », a précisé le chef de l’Etat nigérian, Muhammadu Buhari.

Dans son message, le Président a aussi adressé une mise en garde aux manifestants.

Lire aussi : Nigeria / EndSARS : Malgré le massacre, les jeunes femmes manifestent « seins nus »

« Je demande aux protestataires de résister à la tentation d’être utilisés par des éléments subversifs, pour causer le chaos et mettre à mal notre jeune démocratie. Agir de la sorte sera considéré comme une tentative pour saper la sécurité nationale et l’ordre légal. Ceci ne sera pas toléré. », a réitéré le Président buhari aux manifestants.

Même ton ferme en direction de la communauté internationale, qui a vivement dénoncé la répression des manifestations ces derniers jours.

« Nous vous remercions, mais attendez d’avoir tous les éléments en main avant de prendre position et de faire des déclarations hâtives », rappelle le président.

La journée du jeudi 22 octobre a essentiellement été marquée par des casses orchestrées par de jeunes manifestants. Des commissariats ont également été attaqués à Ibadan, où deux policiers ont été brûlés vifs, selon les informations rapportées par la presse nigériane.

0
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

À lire aussi