Nigéria : Les autorités tiennent tête au FMI et refusent la dévaluation recommandée du naira

Nigéria naira baisse du taux de change
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

Les autorités nigérianes ont une fois de plus, refusé de revoir à la baisse le taux de change de leur monnaie : le naira, et cette fois-ci c’est le Fond Monétaire International (FMI) qui essuie le refus.

En effet, le FMI aurait conseillé une baisse de la valeur du naira pour réduire le déséquilibre à l’extérieur mais le gouvernement aurait tout simplement répondu par la négative.

Lundi dernier, dans un rapport du FMI du 08 février publié par des médias, on peut lire :

« L’administration du Président Muhammadu Buhari estime que les pressions sur la monnaie proviennent des sorties mondiales causées par la pandémie de coronavirus et pense qu’une nouvelle dépréciation ajouterait à une inflation à deux chiffres, selon le rapport du FMI au titre de l’article IV pour le pays qui a été publié lundi ». 

Depuis mars 2020, la Central Bank of Nigeria avait déjà rejeté toute idée de dévaluation ; quelques jours plus tard l’on a pu revoir la baisse de la valeur de change officiel du naira de 15 à 25 % par rapport au dollar.

Dans son communiqué, le FMI a aussi tenu à souligner que :

« Les administrateurs ont noté que les taux multiples (écarts entre le taux officiel et celui du marché parallèle, ndlr) la flexibilité limitée et les pénuries de devises posent des problèmes. Ils ont recommandé une approche graduelle et en plusieurs étapes pour établir un régime de taux de change unifié et clair, l’accent étant mis à court terme sur une plus grande flexibilité (…) »

LIRE AUSSI : Booba : Rohff ressort des anciennes histoires de pédophilie sur le rappeur

La valeur du naira chute fortement et pour cause les cours du pétrole, qui génèrent 90% des devises du pays, ont beaucoup chuté avec l’avènement de la pandémie.

0
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

À lire aussi