Nigéria : Les enfants des rues accusés de sorcellerie manifestent contre le gouverneur de Calabar

Nigéria enfants de rues
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

Les enfants vivant dans les rues de Calabar ont lancé une manifestation contre le fait d’être qualifiés de sorciers. De nombreux enfants âgés de 9 à 15 ans vivent dans les rues de Calabar, dormant sur les trottoirs et les dépotoirs. Ils survivent en récupérant les restes, tout en étant exposés à la drogue, aux abus sexuels et physiques.

Au Nigéria, les enfants de rue sont populairement connus sous le nom de Skolonbo Boys.

Nigéria enfants de rues

Ces derniers ont manifesté contre le bureau du gouverneur de l’État de Cross River à Calabar il y a trois jours. Ils portaient des pancartes avec des inscriptions différentes, disant :

« Je ne suis pas un sorcier, je peux contribuer à la société comme toute autre personne, nous avons besoin d’une vie meilleure. »

Certains d’entre eux ont déclaré que la société et leurs familles, qui les considéraient comme des sorciers, les avaient négligés.

Nigéria enfants de rues

Un jeune de 12 ans, qui dit s’appeler Daniel, a déclaré qu’il avait été renvoyé de chez lui il y a deux ans parce qu’un pasteur avait dit à son père qu’il était un sorcier. Il a dit :

«Nous sommes sortis aujourd’hui pour dire au gouverneur que nous sommes comme tout le monde dans la société. Nous vivons nos vies ici dans la rue; seules quelques personnes nous donnent de la nourriture et des vêtements. Ce n’est pas de notre faute si nous sommes nés. Mon père m’a jeté hors de la maison il y a trois ans, parce que notre pasteur lui a dit que j’étais un sorcier l’empêchant de progresser. »

S’exprimant également, Asuquo Joseph, 8 ans, a déclaré :

«Ma belle-mère me battait, c’est pourquoi j’ai quitté la maison. Nous voulons que le gouverneur nous aide à avoir une vie meilleure. Nous voulons être spéciaux comme toute autre personne vivant dans l’État. »

Nigéria enfants de rues

S’exprimant au nom du gouvernement de l’État, l’assistant spécial principal chargé des médias auprès du gouverneur, M. Christian Ita a affirmé que 98% des enfants des rues n’étaient pas originaires de l’État de Cross River. Il a aussi déclaré que ce dont ils avaient besoin, c’était de retourner à l’école. Il a dit :

«La vérité est que nous ne savons pas ce qu’ils veulent dire par vie meilleure, en particulier pour ceux qui ont quitté la maison. Ce dont ils ont besoin, c’est de retourner à l’école. Le ministère de l’Aide humanitaire et du Bien-être social se penchera certainement sur leur affaire ».

0

Tu as aimé cet article ?

Alors inscris toi vite à notre newsletter pour ne rien manquer des derniers buzz !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

À lire aussi