Nigéria : mauvaise nouvelle pour le président Muhammadu Buhari

président Buhari
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

Le Président nigérian Muhammadu Buhari vient de voir réduire de plus de 100.000 followers le nombre de ses abonnés sur Twitter. Au bout d’une heure plus tard, son compte était réduit à 3,4 millions de followers. 

Cette manifestation sur Twitter est en partie l’œuvre de l’auteur à succès Reno Omokri. Il s’était rendu sur sa page Twitter ce samedi 10 octobre et a laissé un message à tous ses compatriotes pour se désabonner du compte du président Buhari. Le hashtag #UnfollowBuhari a visiblement été suivi.

Chers Nigérians, Si nous voulons tous participer à ce mouvement #EndSARS, envoyons un message fort au général @MBuhari.
Il compte 3,5 millions de followers. Si nous arrêtons tous de le suivre et qu’il voit son compte Twitter chuter d’un million, il s’assoira. Qui est avec moi? Allons-y !  » .

 » Chers Nigérians, lorsque j’ai lancé la campagne #UnfollowBuhari dans le cadre de ma manifestation #EndSARS, certains ont ri. Eh bien, regardez. En seulement 1 heure, nous avons réduit de 100 000 les abonnés de Buhari. Ne sous-estimez jamais votre influence. Lorsque les Nigérians se réveilleront, le gouvernement aura peur de nous !  »

De nombreuses célébrités du pays avaient également prêté leur voix pour dénoncer les assassinats et violences de l’unité spéciale SARS sur les populations civiles.

Davido et Wizkid avaient déjà dénoncé ces barbaries sur leur compte Twitter et appelé le président Buhari à réagir par rapport à la situation. Récemment, c’était également le tour du jeune artiste Rema de se raser la tête pour protester contre les violences du SARS dans son pays.

0

Tu as aimé cet article ?

Alors inscris toi vite à notre newsletter pour ne rien manquer des derniers buzz !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

À lire aussi