Nigéria : Qui est Naomi Adamu, cette jeune femme qui a défié Boko Haram alors qu’elle avait été enlevée ?

Nigéria Boko Haram Enlèvement Naomi Adamu

Les enlèvements dans les écoles au Nigéria se font de plus en plus fréquemment et la dernière en date est celui qui a eu lieu dans la ville de Jangebe dans l’Etat de Zamfara où près de 279 filles ont été enlevées. Mais, une jeune femme nommée Naomi Adamu, qui a été enlevée lors de la célère attaque contre une école de Chibok en avril 2014 relate une histoire qui témoigne de son courage à elle et à ces filles qui ont subi l’horreur ces camps.

Tout d’abord, à l’époque, Naomi Adamu, 24 ans, était la plus âgée de sa classe. Elle avait dû stopper ses études pour des soucis de santé. Mais voici, qu’en avril 2014, dans la ville de Chibok, le groupe islamiste Boko Haram a débarqué dans leurs écoles et a enlevé un nombre conséquent de filles qu’il a gardé pendant près de trois ans.

Pendant les trois années au cours desquelles elles ont été gardées, Naomi Adamu ainsi que certaines des filles ont refusé catégoriquement de se convertir à l’Islam et ont refusé de se marier à l’un des soldats de Boko Haram.

Aussi, ces jeunes filles ont décidé de tenir un journal intime de fortune pour relater leur vie dans ces camps et ce qui s’y passait pour que le monde entier soit au courant si une d’entre elles arrivait à s’échapper :

“Nous avons décidé d’écrire nos histoires, me dit-elle, afin que si l’un de nous s’échappait, nous puissions faire savoir aux gens ce qui nous est arrivé”

LIRE AUSSI : Nigéria : Les lycéennes kidnappées à Zamfara ont été enfin libérées

Survivor of Chibok kidnap, Naomi Adamu, fears she'll be taken again | World  | The Times

A BBC, Naomi Adamu a montré une partie de ses écrits dans laquelle elle adressait des pensées à son père, le jour de Noël :

Cher mon adorable papa, tu me manques tellement en ce moment.

“Papa, je veux te voir, je suis si inquiète pour toi et maman et pour le reste des gens à la maison.

“Je ne savais pas que cela pouvait m’arriver, aucune de celles qui ont été kidnappées par Boko Haram ne s’en est rendu compte. Par la grâce de Dieu, papa, tu me manques tellement.

“Je veux que tu m’aides à prier tout le temps pour que je puisse vaincre le diable chaque fois qu’il vient me tourmenter. Alors papa, je vais m’arrêter là.

“Tu me manques tellement. Au revoir, bonne journée.

“Ta charmante fille, Naomi Adamu. Je te souhaite un joyeux Noël.

La jeune femme a aussi raconté qu’elles ont été déplacées de nombreuses fois pour éviter d’être repérés par les forces armées du pays. Aussi, elles ont passé la plupart de leur temps dans des camps dans la forêt de Sambisa, la principale cachette du groupe. Les conditions étaient juste horribles pour ces filles :

“C’était une période très difficile pour nous à Sambisa,” explique Naomi, “il n’y avait pas de nourriture, pas d’eau. Nous devions même utiliser de la terre pour nous nettoyer quand nous avions nos règles”

Par ailleurs un évènement l’a emmenée au devant du chef du groupe Boko Haram, Abubakar Shekau. En effet, après de nombreuses menaces alors qu’elle refusait de se marier et qu’on l’avait battu à plusieurs reprises, on l’avait conduite, elle et d’autres insubordonnées devant Shekau. Et là, elles découvrent une vérité des plus surprenantes :

Lire aussi :  Soudan : Le viol collectif d'une femme provoque la fureur de la population
Enlèvements au Nigeria : comment une "fille de Chibok" a défié Boko Haram -  BBC News Afrique

“Shekau nous a dit qu’il ne nous avait pas enlevées pour nous marier, mais parce qu’il voulait faire pression sur le gouvernement pour qu’il libère ses hommes qui étaient en détention”

Contre toute attente, les rebellions se sont multipliées, les filles ont plus eu confiance en elles et étaient déterminées plus que jamais.

Lire aussi :  Nigéria : Le gouvernement confirme l'enlèvement de plus de 300 écolières à Jangebe

En 2017, à l’aide d’un diplomate suisse et une petite équipe de volontaires nigérianes, Naomi ainsi que 81 autres filles ont été relâchées. Aujourd’hui, elle déclare être désagréablement surprise que les enlèvements continuent dans les écoles :

“Je ne pensais pas que Boko Haram serait encore active aujourd’hui car quand nous sommes parties, ils se séparaient en deux groupes, donc nous pensions qu’ils étaient finis. Certains étaient à Sambisa, d’autres à Kangaroua”

LIRE AUSSI : Nigéria : 101 militaires portés disparus après l’attaque de Boko Haram à Dikwa et Marte

En effet, on peut comprendre par là que Boko Haram a compris à quel point ces élèves étaient importantes aux yeux de l’Etat. A l’époque, Michelle Obama a créé une importante communication médiatique autour de cet enlèvement pour que ces filles soient libérées. Le mauvais coté de la chose étant la popularité de Boko Haram qui s’est agrandie.

Lire aussi :  Afrique du Sud : 5 personnes arrêtées pour le meurtre du « capitaine » Senzo Meyiwa

Aujourd’hui, Naomi Adamu essaie de refaire sa vie, elle est mariée et attend un enfant. Aussi, Naomi Adamu est la principale protagoniste d’un livre sur les “filles de Chibok“.

Rédacteur chez Afrikbuzz
Je me nomme Nathalie Abla AGUNYO. Férue de nouvelles technologies, de lecture et de culture générale, je suis rédactrice à Afrikbuzz. Mes domaines de prédilection sont les sorties technologiques, les faits divers et les nouveautés people.
Mail : [email protected]

Articles similaires

Tu as aimé cet article ?

Alors rejoins nous sur nos différents canaux de diffusion
pour ne rien rater de nos dernières actus !

[wp_applaud]

À lire aussi