Ouganda : 10 vaches et 3 chèvres suffisent pour s’acquitter d’un meurtre ? (vidéo)

Ouganda Kanyamunyu
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

En Ouganda, un homme d’affaires – Matthew Kanyamunyu – a reconnu avoir tué un militant des droits de l’enfant nommé Kenneth Akena Watson. Pour échapper à la prison, il a décidé de faire son mea culpa officiel à la famille de la victime et a accepté de payer 10 vaches et trois chèvres en réparation.

Ce fait divers défraie la chronique en Ouganda depuis quelques années, notamment à cause des rebondissements imprévus

Ouganda Kanyamunyu
Au milieeu le meurtrier et ses complices


L’histoire commence en 2016 quand Akena, jeune trentenaire militant des droits des enfants, frôle accidentellement la voiture de Kanyamunyu dans un parking à Lugogo à Kampala. Au lieu de s’enfuir, il se rapproche de ce dernier pour s’excuser quand Kanyamunyu abaisse la vitre de sa voiture et lui tire dans l’estomac à bout portant. Selon sa famille, l’autopsie a révélé deux balles à l’intérieur du corps d’Akena. Akena décède quelques heures plus tard à l’hôpital, où il avait été conduit par son meurtrier.
Kanyamunyu a depuis été mis en jugement avec sa petite amie burundaise Cynthia Munwangari et son frère Joseph Kanyamunyu qui avait caché l’arme du crime.

Mais tout au long du procès, Kanyamunyu et sa petite amie ont clamé leur innocence et insisté sur le fait qu’ils n’avaient emmené Akena blessé à l’hôpital qu’en tant que bons samaritains. Pourtant, avant de rendre l’âme, Akena a eu le temps de confier aux siens qu’il avait été abattu par les mêmes personnes qui l’avaient conduit à l’hôpital. Finalement, 4 ans après les faits et en plein procès Kanyamunyu avoue avoir tué Akena.

Ouganda Kanyamunyu


Le mois dernier, la famille de Kanyamunyu a sollicité l’intervention de l’Acholi Religious Leaders Peace Initiative (ARLPI) et de l’Institution culturelle Acholi pour négocier un accord de réconciliation entre eux et la famille d’Akena afin de mettre fin à l’affaire. Le Dr John Baptist Odama, l’archevêque de Gulu appuyé par le Rwot David Onena Acana II, le chef suprême d’Acholi a persuadé la famille d’Akena de s’ouvrir aux négociations. Les réconciliateurs ont convoqué les deux familles pour une première réunion. La réunion a été présidée par Rwot Acana II et un conseil de six anciens a contre-interrogé Kanyamunyu comme une étape nécessaire avant le Mato Oput – une pratique de réconciliation centrée sur le clan ou la famille – propre à l’Ouganda.


Selon un témoin oculaire, l’accusé « a admis qu’il ferait les mêmes aveux devant la Haute Cour de Kampala où il est poursuivi pour permettre de conclure une négociation de plaidoyer ». La même source a ajouté qu’après la confession, les anciens du protocole de Mato Oput ont fait une évaluation de 10 vaches et trois chèvres à payer par la famille de Kanyamunyu.
Interrogé sur ce qui l’a poussé à appuyer sur une gâchette sur un homme innocent, Kanyamunyu a déclaré :

« Pour être honnête, je vous mentirais si je vous disais que j'ai pleinement compris la tragédie de ce jour-là jusqu’à aujourd’hui. La stupidité, la folie et le mal dont j'ai fait preuve ce jour-là ne sont pas quelque chose dont je me… Cliquez pour tweeter

Lire aussi : Covid-19 : les matchs de fin des coupes d’Afrique de clubs encore reportées ?(S’ouvre dans un nouvel onglet)

En Ouganda, dans l’ultime système judiciaire de tradition acholi de Mato Oput, l’accusé doit admettre son erreur par une confession significative

Ouganda Kanyamunyu

Il doit également accepter de payer des réparations pour les dommages causés. Le procès de Kanyamunyu et de ses co-accusés a été plus tôt cette année ajourné indéfiniment par le juge. Cependant, les membres de la famille d’Akena restent optimistes que la poursuite de la justice traditionnelle par la famille de Kanyamunyu ne les empêchera pas de poursuivre les poursuites pénales déjà devant le tribunal.

Lire aussi : Le manque de sommeil peut-il tuer un homme ?(S’ouvre dans un nouvel onglet)

0

Tu as aimé cet article ?

Alors inscris toi vite à notre newsletter pour ne rien manquer des derniers buzz !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

À lire aussi