People : L’artiste gabonaise Shan’l serait-elle bisexuelle ?

Shan'l sons rumeurs
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

L’on a connu la star gabonaise tout d’abord avec des sons comme L’aveu en featuring avec Arielle T. Mais après, Shan’l a pris son envol avec des sons assez populaires, créant certes des polémiques. Elle a néanmoins eu du succès comme on peut le voir avec des millions de vue sur ses vidéos sur YouTube, ses centaines de milliers d’abonnés et les différentes émissions auxquelles on l’y invite.

Vidéo] Gabon : Le dernier clip de Shan'L totalise déjà 300 000 vus sur  YouTube en trois jours à peine - La Libreville

Souvent succès rime avec rumeurs et embrouilles. Dans le cas de Shan’l, ce n’est pas la première fois. Récemment, elle avait fait un voyage en Côte d’Ivoire dans le cadre de ses activités professionnelles. Mais déjà arrivée chez elle, au Gabon, des rumeurs l’accueillent. Des internautes ont fait courir le bruit qu’elle serait bisexuelle, qu’elle pouvait entretenir des relations sexuelles avec des hommes comme des femmes.

Lire aussi : Afrimma 2020 : Liste complète de tous les gagnants

Finalement, un des internautes, de nom de Facebook Kara Prod, lui demande

« j’ai appris que tu es bisexuelle « .

Contre toute attente, elle répond ironiquement :

 » Bi est petit, je suis quatrosexuelle » avec un emoji qui rit aux éclats. »

Notons que Shan’l a assuré avoir été une « tchiza » , maîtresse d’un homme marié dans le jargon africain. Elle s’en vantait presque et l’on serait tenté de penser qu’elle y encourage ses consœurs surtout avec le son « Tchizabemgue » . Chanson dans laquelle, elle parle à sa rivale, la femme au foyer, lui disant « Yako on mange dans la meme assiette ».

Aimée de tous ou pas, elle a été nominée au Prix découverte de RFI 2020, créant une autre embrouille avec Axel Merryl, Youtubeur humoriste béninois.

0
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

À lire aussi