Pornhub est obligée de supprimer 80% de ses vidéos parce que le site est « infesté » de matériel de pédophilie

Pornhub abus sexuels enfants
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

Pornhub, un site Web appartenant à la société canadienne Mindgeek, a été contraint de supprimer tout le contenu téléchargé par des utilisateurs non vérifiés de sa plate-forme à la suite d’allégations selon lesquelles il héberge du contenu d’abus d’enfants.


Cette décision fait suite à un récent rapport du New York Times selon lequel Pornhub héberge des vidéos d’agressions et d’exploitation sexuelles d’enfants. Le chroniqueur d’opinion Nicholas Kristof a écrit que le site diffusait de la pornographie de vengeance et des vidéos explicites prises sans le consentement des participants.
La colonne, publiée le 4 décembre, affirmait que parmi les 6,8 millions de nouvelles vidéos publiées sur le site chaque année, une majorité «impliquait probablement des adultes consentants, mais beaucoup décrivaient la maltraitance des enfants et la violence non consensuelle».
Nicholas Kristof a ajouté dans l’article :


« [Le] site est infesté de vidéos de viol. Il monétise les viols d’enfants, la pornographie de vengeance, les vidéos d’espionnage de femmes prenant une douche, le contenu raciste et misogyne et les images de femmes asphyxiées dans des sacs en plastique. »


L’accusation a conduit les sociétés de cartes de crédit Visa et MasterCard à annoncer vendredi qu’elles n’autoriseraient plus l’utilisation de leurs cartes sur le site Pornhub. MasterCard a déclaré que son déménagement était permanent, tandis que Visa a déclaré qu’elle suspendait ses activités pendant qu’elle menait sa propre enquête.
Plus de 10 millions de vidéos ont été supprimées dans le cadre de la purge du site pornographique, selon les chiffres sur sa page d’accueil. Il y avait 13,5 millions de vidéos sur Pornhub dimanche soir, comme l’a noté Motherboard, mais le total n’était que de 2,9 millions à l’heure du déjeuner de mardi.

Pornhub, le 107 site Web le plus visité au monde, a déclaré dans un communiqué qu’il n’avait « aucune tolérance » pour le contenu montrant des abus sexuels sur des enfants et a nié avoir sciemment autorisé de telles images.
« Toute affirmation selon laquelle nous autorisons le CSAM [matériel d’abus sexuel d’enfants] est irresponsable et manifestement fausse », a déclaré Pornhub.
Pornhub a également attaqué les deux groupes qui avaient « mené la campagne contre notre entreprise »- le Centre national sur l’exploitation sexuelle (anciennement connu sous le nom de Morality in Media) et Exodus Cry/TraffickingHub.


Pornhub a continué :


« Ce sont des organisations dédiées à l’abolition de la pornographie, à l’interdiction du matériel qu’elles prétendent être obscène et à la fermeture du commerce du sexe.
Ce sont les mêmes forces qui ont passé 50 ans à diaboliser Playboy, le National Endowment for the Arts, l’éducation sexuelle, les droits des LGBTQ, les droits des femmes, et même l’American Library Association.
Il est clair que Pornhub est ciblé non pas en raison de nos politiques et de notre comparaison avec nos pairs, mais parce que nous sommes une plate-forme de contenu pour adultes. »

0
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

À lire aussi