Poupette Kenza lynchée suite à une publication osée (photo)

Poupette Kenza lynchée suite à une publication osée

Poupette Kenza,l’influenceuse controversée aux millions d’abonnés, se retrouve une fois de plus au cœur d’une polémique. Très suivie sur les réseaux sociaux, la jeune maman est souvent la cible d’attaques et de critiques virulentes.

Malgré cela, elle parvient toujours à rebondir. Après sa participation au Festival de Cannes et des accusations de maltraitance à son encontre, elle fait maintenant parler d’elle pour une toute autre raison sur la toile. Sa dernière publication sur Instagram ne fait pas l’unanimité.

Lire aussi :  "Je n'ai rien fait… Mon bon cœur… " Poupette Kenza réagit et appelle à la clémence

Poupette Kenza compte plusieurs millions d’abonnés sur ses différents réseaux sociaux. Dans un récent post Instagram, elle exprime son émotion et sa joie d’avoir concrétisé son rêve, la construction d’une villa familiale à Marrakech, à seulement 22 ans. Cependant, cette annonce n’a pas été bien accueillie par les internautes. Selon eux, l’influenceuse les aurait escroqués à plusieurs reprises pour réaliser ce projet.

Lire aussi :  Jurgen Klopp le prochain James Bond ? L'acteur Craig aurait choisi son remplaçant

La réaction sur la toile ne s’est pas fait attendre. Les internautes se sont rapidement indignés en commentant la publication de Poupette Kenza, si bien que l’influenceuse a fini par désactiver les commentaires quelques heures plus tard. Cela n’empêche pas les utilisateurs de Twitter de s’enflammer. Certains ont même qualifié la jeune femme d'”escroc du siècle” et remis en question l’utilisation des dons reçus lors de précédentes collectes de fonds. Ce nouveau scandale s’ajoute à la liste des controverses entourant cette mère de deux enfants.

Lire aussi :  " Je suis enfermée..." : Poupette Kenza en danger ?

Articles similaires

No results found.

Tu as aimé cet article ?

Alors rejoins nous sur nos différents canaux de diffusion
pour ne rien rater de nos dernières actus !

[wp_applaud]

À lire aussi