Pourquoi le Burkina Faso est en train de construire son propre satellite ?

Le Burkina Faso investi une fortune dans le développement de son propre projet spatial. Malgré son statut de pays pauvre
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

Le Burkina Faso investi une fortune dans le développement de son propre projet spatial. Malgré son statut de pays pauvre, le petit état de l’Afrique de l’ouest va avoir droit à Burkina Sat-1, son propre satellite construit par eux pour eux. Pourquoi un pays aussi pauvre se lance-t-il dans la conquête spatiale ?

Un satellite pour garantir la cyber sécurité et la gestion du climat
 

Au terme de sa construction, le premier satellite 100% burkinabè sera fort utile dans de nombreux domaines du développement dont ceux de la sécurité. Frederic Ouattara, professeur et Président de l’Université Norbert Zongo de Koudougou, sacré meilleur physicien spatial d’Afrique en 2018 par l’Union des géophysiciens d’Amérique est chargé du projet. Il affirme à ce sujet :

Covid-19 : Le Sénégal cité comme pays exemplaire dans la gestion de la crise(S’ouvre dans un nouvel onglet)

« Dans ce programme spatial qui va commencer par Burkina Sat-1, nous espérons résoudre les problèmes fondamentaux des Burkinabè qui sont entre autres : les problèmes agricoles, climatiques, la détections des ressources minières souterraines »

Selon le professeur Frederic Ouattara, avoir un satellite est un moyen sur d’atteindre les objectifs de développement durable et de surcroit résoudre les problèmes fondamentaux des populations. La conquête spatiale permettra au Burkina de mieux prévoir les saisons afin de planifier par excellence les productions.

Le Burkina Faso investi une fortune dans le développement de son propre projet spatial. Malgré son statut de pays pauvre
Frederic Ouattara

Pour Jérémie Yisso BATINO, ensignant-chercheur à Ouagadougou :

Ces satellites, multiplicateurs d’efficacité et d’indépendance opérationnelle, font partie des priorités du ministère des Armées. Dans la lutte  contre le terrorisme, le Burkina Faso doit tendre vers l’intelligence prédictive ; c’est-à-dire celle destinée à prévoir des événements futurs. La stratégie de contre-terrorisme doit donc se fonder sur la collecte, l’analyse, le traitement et l’échange de l’information en s’appuyant sur quatre piliers : prévention, protection, poursuite et réponse. Dans l’intelligence prédictive, l’analyse de l’information est considérée comme la clé de voûte. Un projet comme Burkina Sat1 permettra au pays d’avoir justement une longueur d’avance en la matière. La défense et la sécurité sont des questions souveraines qui ne peuvent être sous traitées.

En savoir plus sur Burkina Sat-1

0
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

À lire aussi