Pourquoi la Russie envoie-t-elle tant de blindés à l’armée centrafricaine ?

Russie Centrafrique arme
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

La Russie, qui mène depuis 2018 une offensive diplomatique en Centrafrique, a livré à l’armée centrafricaine ce jeudi une dizaine de blindés. La Centrafrique est une ancienne colonnie francaise ravagée par la guerre civile et où la présidentielle est prévue en décembre. Il faut dire à travers cette livraison que la Russie mène sa diplomatie dans la zone.

Plusieurs de ces blindés russes ont défilé à travers les rues de Bangui dans un concert de klaxons, entourés par une foule de curieux et de jeunes à moto, a constaté un journaliste de l’AFP.

A terme, une vingtaine de ces BRDM-2, des véhicules de reconnaissance légers, doivent équiper une armée centrafricaine toujours soumise à un embargo sur les armes depuis 2014 et dépourvue d’équipement lourd.

Cette livraison intervient à quelques mois de l’élection présidentielle prévue en décembre, alors que les trois quarts du territoire centrafricain sont occupés par des groupes armés qui terrorisent la population civile et pourraient perturber le processus électoral.

Le président Faustin Archange Touadera, élu en 2016 dans un pays plongé dans la guerre civile, briguera un second mandat en décembre avec le soutien de la Russie.

Depuis 2018, des instructeurs militaires russes entraînent les forces armées centrafricaines et assurent la garde rapprochée du président.

Début octobre, l’ambassadeur de Russie en Centrafrique, Vladimir Titorenko, avait annoncé l’ouverture d’un bureau militaire composé de quatre généraux russes dans le pays.

Lire aussi : RDC : Qu’a-t-on fait de la dent de Patrice Lumumba ?

En parallèle, le gouvernement centrafricain a accordé des permis miniers à des sociétés russes associées à Evgueni Prigojine, un proche de Vladimir Poutine.

Cet homme d’affaire est suspecté d’être le principal financier de Wagner, une société militaire privée russe dont les mercenaires sont présents en Centrafrique.

Avec AN

0
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

À lire aussi