Pourquoi les Etats-Unis ont peur de l’africaine Okonjo-Iweala ?

Okonjo-Iweala
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

Saviez-vous que Ngozi Okonjo-Iweala serait la première femme et la première Africaine à diriger l’OMC, si et seulement les  États-Unis ne s’étaient pas opposés à sa nomination ? L’opinion africaine s’interroge assez sur cette interposition de la première puissance économique à la nomination de l’ex-ministre des finances du Nigeria à la tête de l’OMC.

En effet, les Etats-Unis critiquent la façon dont l’OMC gère le commerce mondial. Par conséquent ils veulent une autre femme, la Sud-Coréenne Yoo Myung-hee, estimant qu’elle pourrait réformer l’organisation.

Mercredi, un comité de la désignation la directrice de l’OMC a recommandé que les 164 membres du groupe approuvent la nomination de la Nigériane Ngozi Okonjo-Iweala.

Le processus de sélection du prochain directeur général de l’OMC, qui a pris quatre mois, s’est ainsi heurté à un obstacle lorsque Washington a déclaré qu’il continuerait à soutenir le ministre sud-coréen du commerce.

Pourquoi Okonjo-Iweala ne plait pas aux américains ?

Dans une déclaration critiquant l’OMC, le Bureau du représentant américain au commerce, qui conseille le président Donald Trump en matière de politique commerciale, a déclaré que l’organisation « doit être dirigée par quelqu’un ayant une expérience réelle et concrète dans ce domaine ».

Mme Yoo s’est « distinguée » en tant qu’experte en matière de commerce et « possède toutes les compétences nécessaires pour être un leader efficace de l’organisation », a indiqué la déclaration.

Elle a ajouté : « C’est une période très difficile pour l’OMC et le commerce international. Il n’y a pas eu de négociations tarifaires multilatérales depuis 25 ans, le système de règlement des différends est devenu incontrôlable et trop peu de membres remplissent les obligations de transparence de base. L’OMC a grandement besoin d’une réforme majeure ».

La déclaration ne mentionne pas Mme Okonjo-Iweala.

Trump a qualifié l’OMC d' »horrible » et de partiale envers la Chine, et certaines nominations à des postes clés de l’organisation ont déjà été bloquées.

Lire aussi : Présidentielles aux États-Unis : Ce grand dernier débat entre Donald Trump et Joe Biden à ne pas manquer

Seuls contre tous

Plus tôt dans la journée de mercredi, après une réunion des délégués de l’OMC pour discuter de cette nomination, le porte-parole Keith Rockwell a déclaré qu’un seul pays membre ne soutenait pas Mme Okonjo-Iweala.

« Toutes les délégations qui se sont exprimées aujourd’hui ont exprimé un soutien très fort au processus… au résultat. A l’exception d’une seule », a-t-il déclaré.

Et Okonjo-Iweala, elle-même, dans tout ça ?

Okonjo-Iweala

Mme Okonjo-Iweala, 66 ans, a été la première femme ministre des finances et des affaires étrangères de son pays et a derrière elle une carrière de 25 ans en tant qu’économiste du développement à la Banque mondiale…

Elle est également membre du conseil d’administration de Twitter, présidente de l’alliance GAVI pour les vaccins et envoyée spéciale pour la lutte contre le virus Covid-19 de l’Organisation mondiale de la santé.

Mme Okonjo-Iweala a déclaré qu’elle était « immensément humble » face à la perspective de sa nomination.

Si Mme Okonjo-Iweala est finalement nommée, elle aura un agenda chargé. L’OMC est déjà aux prises avec l’impasse des négociations commerciales et les tensions entre les États-Unis et la Chine.

Au début de ce mois, elle a déclaré que sa grande expérience dans la défense des réformes faisait d’elle la personne idéale pour aider à remettre l’OMC sur les rails.

« Je suis candidate à la réforme et je pense que l’OMC a besoin dès maintenant des repères et des compétences en matière de réforme. », a déclaré Okonjo-Iweala.

0

Tu as aimé cet article ?

Alors inscris toi vite à notre newsletter pour ne rien manquer des derniers buzz !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

À lire aussi