Quel fruit appelle-t-on le ditakh et comment intervient-il dans la santé humaine

traitement traditionnel par le ditakh
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

Riche en vitamine C, le ditakh est produit par un arbre fruitier de l’Afrique de l’ouest appelé Detarium senegalense.

Panier de ditakh frais - Casa-Ecologie

Décrit pour la première fois par Antoine-Laurent de Jussieu en 1789, le fruit de ditakh intervient dans plusieurs aspects du traitement traditionnel.

Il s’agit d’un fruit drupe sphérique vert foncé contenant une pulpe fibreuse entourant une graine unique.

Tout comme le tamarinier, le ditakh appartient à la tribu  des Detarieae.

Il intervient principalement dans la médecine traditionnelle.

Son écorce est utilisée en préparation pour l’expulsion du placenta après la naissance et le traitement de l’anémie.

Ses écorces traitent bien d’autres maladies comme la tuberculose, les douleurs d’estomac et les problèmes de digestion. Les problèmes de peau et les cas de pertes sanguines importantes.

La décoction de ses racines intervient dans le traitement du marasme nutritionnel, l’asthénie, les douleurs intestinales et les convulsions.

Les feuilles mélangées aux pousses traitent la dysenterie, la conjonctivite et bien d’autres maladies.

Lire aussi :  Jim VDA à propos de l'ex de Petit Dénis : ''Mariam Koné et moi, ne sommes plus ensemble"

Ses graines ont été utilisées pour contrôler le niveau de glucose des diabétiques, traiter des piqures de moustique et ont servis d’antidote contre les flèches empoisonnées et les morsures de serpents.

T.Y.Sitsopé

LIRE AUSSI : Les deux dangers que vous courez en travaillant sur de longues heures

Articles similaires

Tu as aimé cet article ?

Alors rejoins nous sur nos différents canaux de diffusion
pour ne rien rater de nos dernières actus !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

À lire aussi