Qui est Diary Sow, la « Einstein sénégalaise » disparue en France ?

Diary Sow sms
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

Connue comme meilleure élève du Sénégal, reçue par le président de la République Macky Sall, la jeune femme n’a plus donné signe de vie depuis des vacances à Toulouse début janvier.

Son pays est en émoi

Sa famille est proche du ministre de l’Eau et de l’Assainissement du Sénégal Serigne Mbaye Thiam, qui affirme avoir lui-même « discuté assez longuement », le 1er janvier, avec Diary Sow, en particulier « des concours qu’elle envisageait de présenter pour entamer des études d’ingénieure ». Ils avaient convenu de se reparler le 10 janvier.

Mais l‘étudiante sénégalaise a depuis disparu. Elle aurait passé les fêtes de Noël à Toulouse, chez sa meilleure amie, étudiante en médecine. Elle devait regagner Paris le 1er janvier. Le surlendemain, des étudiants affirment qu’elle se trouve dans une résidence universitaire du sud de Paris où elle loge habituellement. Son badge ayant activé la porte d’entrée semble le confirmer. Puis plus de nouvelles.

Lire aussi : Diary Sow : Rebondissement dans l’affaire de disparition de la meilleure élève du Sénégal

Tandis que la police enquête sur cette disparition, sur les réseaux sociaux, l’émotion et les avis de recherche fleurissent. Il faut dire que la jeune femme est très connue dans son pays.

Symbole de réussite scolaire au Sénégal, elle fait la fierté de la nation.  Surnommée la « surdouée de Mbour », la ville de l’ouest d’où elle est originaire, Diary Sow collectionne les concours. Élue Miss Sciences, en 2017, elle a remporté en 2018 et 2019, le concours général, faisant d’elle la « meilleure élève » du pays.

Diary Sow

Fierté du Sénégal

Récompensée par une mention très bien au bac scientifique au lycée d’excellence de Diourbel, Diary Sow a rejoint Paris en 2019 et intégré, en septembre, la classe prépa physique-chimie de Louis-le-Grand, qui prépare aux concours de l’Ecole normale supérieure ou de Polytechnique..

Née le 17 septembre 2000, la Sénégalaise a publié un roman l’an dernier, intitulé « Sous le visage d’un ange » (L’Harmattan).

Un roman « qui retrace les aventures d’une jeune fille, Allyn, dont l’aveugle ambition fera d’elle une insatiable » selon l’éditeur.

Dans les prochaines semaines, devait paraître son deuxième roman intitulé « Les masques tombent… », conçu comme la suite du premier, toujours aux éditions L’Harmattan Sénégal.

Une prodigalité qui fait que la jeune femme a rencontré le président sénégalais Macky Sall à plusieurs reprises. Il lui dédicaçait :

« à Diary Sow, une étoile montante qui fait la fierté de tout un peuple ».

Son père décédé en avril dernier

 » Elle n’est pas issue d’une famille de lettrés ou fortunée, ce qui ne l’a pas empêchée de se hisser à ce niveau d’excellence. Rien ne laissait présager une inquiétude de sa part, ou un état d’esprit particulier .Au lycée, elle a toujours été major de sa classe. C’est une fille studieuse », souligne son parrain ministre Serigne Mbaye Thiam ». 

Diary Sow disparition

À Malicounda, près de Mbour, à 85 kilomètres au sud de Dakar, sa mère Bineta vit dans l’angoisse, selon RFI. Son mari, le père de l’étudiante, qui était pâtissier, est mort d’une attaque cardiaque en avril dernier. Cette absence est donc un nouveau coup très dur pour cette famille de six enfants.

Source : Sudouest

0
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

À lire aussi