RDC : La première femme présidente de l’Assemblée nationale a été destituée

RDC jeannine Mabunda
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

La première femme élue présidente de l’Assemblée nationale en RDC a rendu le tablier ce jeudi 10 décembre 2020. Sa destitution s’inscrit à l’évidence dans le cadre de la décision du président Felix Tshisekedji de se séparer de Joseph Kabila dans le but de pouvoir mettre en œuvre son programme gouvernemental.

En effet, Jeanine Mabunda n’est plus présidente de l’Assemblée nationale en République démocratique du Congo (RDC), test réussi par le camp du président Félix Tshisekedi et l’opposition qui étaient jusqu’ici pourtant officiellement minoritaires au Parlement. A l’issue d’une longue journée de débats les députés pétitionnaires ont évincé du perchoir la première femme élue présidente de l’Assemblée nationale dans le pays et 5 autres membres du bureau, ouvrant la voie à une requalification de la majorité, telle que voulue par Tshisekedi.

Lire aussi : Prix RFI Découvertes : Le congolais Young Ace Wayé est le grand gagnant de cette année

Pas question de voir les affrontements de ces derniers jours se dérouler, des centaines de policiers et quelques soldats ont été mis à contribution pour s’assurer que seuls les députés et la presse accréditée soient présents au Palais du peuple. Toute la journée, les militants de l’UDPS ont été maintenus à distance parfois même à l’aide de gaz lacrymogène, ce qui ne les a pas empêché de chanter l’hymne du parti.

À l’intérieur, le FCC de Joseph Kabila a longtemps cru pouvoir tenir bon. Même ses caciques comme Néhémie Mwilanya étaient présents et ont été jusqu’à réclamer un vote par appel nominal et à bulletin secret. Jeanine Mabunda avait fait le déplacement au Palais du peuple et avec ses autres collègues du bureau, elle a présenté leurs moyens de défense pour tenter d’inverser la dynamique.

Au final, après de longues heures d’attente, Jeanine Mabunda et ses collègues ont été destitués. Joseph Kabila perd une bataille importante. Ce qui donne raison à Félix Tshisekedi qui affirmait que la majorité d’alors s’est effritée. Le député UDPS Paul Tshilumbu est satisfait et répond à ceux qui disent que l’argent a circulé :

C’est le maître corrupteur qui crie à la corruption. Dans ce pays, nous savons comment le système Kabila a fonctionné : la corruption, les intimidations, les violations des droits de l’homme […) Tous, nous sommes conscients de la misère de notre peuple et nous nous sommes dits que cette occasion nous ne pouvions pas la rater parce qu’elle est très importante pour la relation de notre pays.

0

Tu as aimé cet article ?

Alors inscris toi vite à notre newsletter pour ne rien manquer des derniers buzz !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

À lire aussi