Révélation : Facebook affiche la stratégie utilisée par la France et la Russie pour reconquérir l’Afrique

Facebook
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

L’ Afrique a été et demeure un continent très convoité par la France et maintenant par la Russie qui s’invite silencieusement à la partie. A l’évidence , tous les moyens sont bons pour arriver à dominer le continent. Un néo-colonialisme qui n’est pas prêt de s’arrêter.

La mère des réseaux sociaux Facebook ayant fait le constat de l’utilisation de son canal pour parvenir à leur ambitions impérialistes à souhaiter faire quelques révélations.

En effet, Facebook a dévoilé une curieuse bataille d’influence en Afrique, l’ancienne puissance coloniale française et l’ancienne superpuissance russe utilisant de faux comptes pour s’engager, se critiquer et même se lier d’amitié en ligne.

Lire aussi : Tech : Facebook en panne, problèmes d’envoi et de réception de messages

La société de technologie américaine a déclaré mardi qu’elle avait fermé deux réseaux de comptes liés à la Russie et un troisième avec « des liens avec des individus associés à l’armée française » pour avoir enfreint sa politique contre l’ingérence étrangère ou gouvernementale.

Si la guerre de l’information n’a rien de nouveau, Facebook a quand même été surpris de voir deux pays s’affronter de front dans une troisième région.

La France, ancienne puissance coloniale dans de grandes parties de l’Afrique, a des milliers de soldats déployés dans la région pour combattre les djihadistes.

La Russie a également intensifié sa tentative de domination ces dernières années, des observateurs l’accusant d’utiliser un groupe de mercenaires notoire appelé Wagner pour combattre dans des pays comme la Libye.

L’un des réseaux fermés par Facebook était indirectement lié au sombre homme d’affaires russe Yevgeny Prigozhin, accusé par l’Occident de diriger des usines de trolls et Wagner – des allégations qu’il nie.

« C’était la première fois que notre équipe découvrait deux campagnes – de France et de Russie – s’engageant activement l’une avec l’autre, notamment en se liant d’amitié, en commentant et en critiquant l’équipe adverse pour son faux », ont écrit Nathaniel Gleicher et David Agranovich de Facebook dans un blog. .

Les réseaux « ont utilisé de faux comptes comme élément central de leurs opérations pour induire les gens en erreur sur qui ils sont et ce qu’ils font, et c’est la base de notre action », a déclaré Facebook.

Nouveaux théâtres de conflit en Afrique

Dans sa première réaction mercredi, l’armée française n’a confirmé aucune implication mais a noté que cette activité s’était généralisée.

En République centrafricaine « depuis de nombreux mois maintenant, nous assistons à la montée des actions de désinformation visant à déstabiliser le pays, actions que nous condamnons », a déclaré à l’AFP le ministère de la Défense.

Le ministère a déclaré qu’il n’était pas surpris des conclusions publiées par Facebook, mais « nous ne sommes pas à ce stade en mesure d’attribuer une quelconque responsabilité ».

0

Tu as aimé cet article ?

Alors inscris toi vite à notre newsletter pour ne rien manquer des derniers buzz !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

À lire aussi