“Revenge Porn” de Nathalie Koah : Savez-vous ce que dit l’influenceuse sur Georgette Eto’o dans son livre ?

Nathalie Koah Georgette Eto'o

Revenge Porn est l’ouvrage à polémique de Nathalie Koah. Là, elle révèle les facettes cachées de son histoire d’amour avec l’ex footballeur, Samuel Eto’o.

Foot, sexe, argent

L’ex de Samuel Eto’o, Nathalie Koah a tout dévoilé dans son livre, Revenge Porn. Dans le même livre, beaucoup de révélations sont faites notamment la rencontre avec Samuel Eto’o, son entourage, le monde du football…

En lisant le livre nous nous sommes rendu compte que l’actuelle femme de l’ancien attaquant des Lions Indomptables, Mme Georgette Eto’o y est mentionnée. De quelle manière ? Elle y est malgré elle.

L’extrait

« Une suite avec lit à baldaquin à 500 euros la nuit m’est réservée à l’hôtel Omm, un établissement luxueux et design situé en centre-ville, tout près de la légendaire Casa Milà et du Camp Nou, le stade du FC Barcelone. La « force tranquille » occupe une chambre au même étage. Un match a lieu le soir même.

Pour la première fois, Samuel m’invite à y assister. Je prends ce geste comme une preuve, si ce n’est de son amour, au moins de son attachement grandissant. Je ne suis plus la poupée que l’on garde enfermée dans une cage dorée.

Cette marque d’affection me ragaillardit, et c’est le cœur léger et les yeux pleins d’étoiles que je me rends au stade à pieds, toujours en compagnie de son bras droit. C’est la grande époque du duo Eto’o-Messi. Les deux attaquants squattent alors les sommets du football mondial. Assise au bord de la pelouse, je retrouve d’autres proches parmi lesquels David, le cadet de Samuel. Je profite à fond du spectacle, les yeux rivés sur mon héros.

Je ne me rappelle plus de l’affiche, mais ce soir-là, Samuel est éblouissant. Lorsqu’il marque son premier but, une vague d’émotion et de fierté me submerge. À l’instar du stade tout entier, je me lève de mon siège d’un bond, sautillant comme une puce, hurlant jusqu’à l’asphyxie. Gourde comme je suis, j’ignore que à peine mes fesses ont quitté le siège, il s’est refermé automatiquement. Et voulant me rasseoir, je m’affale par terre provoquant l’hilarité générale. Je suis partagée entre l’amusement et la honte.

J’ai l’impression que chaque spectateur m’observe en chuchotant : « Regarde cette fille, elle ne va jamais au stade ! » Après quelques secondes, les rires bienveillants qui m’entourent finissent par me contaminer. À la mi-temps, je suis conviée à monter jusqu’à la loge VIP. Là, une poignée de privilégiés choisis par les joueurs ou le staff peut profiter de rafraîchissements et d’un buffet offert par le club.

Sonor ne m’a pas suivie, mais d’autres amis et son petit frère sont présents. Nous allons au bar commander un verre. Je m’installe sur un tabouret collé au comptoir. En tournant la tête, j’aperçois une femme assise sur le canapé voisin. Son visage ne m’est pas inconnu. Elle porte une paire de cuissardes qui remontent jusqu’à une jupe noire plissée, et un chemisier blanc très classe.

Elle est grande, avec beaucoup de prestance. Un bébé et une fillette de trois ou quatre ans l’accompagnent. Mon sang se fige dans mes veines. Georgette est là, à trois mètres de moi. Je sens son regard qui me fixe. J’ai envie de courir me cacher sous un tapis. Ses yeux continuent de chercher les miens. Je dois rester naturelle, ne pas montrer la panique qui me serre le ventre. Je me tourne vers David pour engager une conversation sans aucun intérêt.

J’ai l’impression qu’un projecteur braque ses lumières sur moi. Les secondes s’égrènent à la vitesse d’un escargot. Je la sens se lever pour aller aux toilettes. Son chemisier me frôle. Mes tempes se mettent à chauffer sous l’effet de la nervosité. Reste calme. À son retour, le coup de sifflet de l’arbitre annonçant la reprise du match retentit. Je suis la première à me lever. En quittant la salle, je ne peux pas m’empêcher de jeter un dernier regard dans sa direction. Elle est en train d’enfiler un superbe manteau de fourrure avec une grâce majestueuse.

Quelle élégance, quel charisme ! En regagnant mon siège, je suis un peu KO. Davantage que de la gêne ou de la honte, c’est de l’intimidation que j’ai ressentie face à elle. Cette pensée me fait mal. Comment être à la hauteur ? Je reprends mes esprits. Je ne suis pas Georgette, mais je plais à Samuel. Il doit trouver quelque chose en moi qu’il ne trouve pas en elle. Peu importe quoi. Je m’en contenterai. »

Lire aussi :  Megan thee stallion : La rappeuse paie les frais funéraires d'un de ses fans

Articles similaires

Tu as aimé cet article ?

Alors rejoins nous sur nos différents canaux de diffusion
pour ne rien rater de nos dernières actus !

[wp_applaud]

À lire aussi