Sidiki Diabaté : L’artiste aurait payé cette bagatelle somme pour sa liberté

Fêtes des mères Sidiki Diabaté Nomcebo Vano Baby
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

Ce 29 décembre fut un jour de joie et de retrouvailles pour le chanteur malien Sidiki Diabaté et sa famille sans passer outre ses nombreux fans sortis en masse pour venir le soutenir. Mais l’ex amour de Mamacita, a dû passer à la caisse.

« Après trois mois de détention préventive, nos avocats nous ont informés que Sidiki Diabaté a payé une caution de 15 millions de francs CFA (près de 23 000 euros) pour avoir la liberté provisoire », a déclaré Balla Mariko, membre de l’Alliance contre les violences basées sur le genre.


« Notre lutte contre les violences basées sur le genre continue, nous faisions confiance à la justice, nous ne sommes pas opposés à cette demande de liberté provisoire », a-t-il ajouté.

L’affaire Diabaté divise l’opinion au Mali, les associations féministes saluant une libération de la parole, tandis que les partisans de l’artiste dénoncent un règlement de comptes.

Lire aussi : Urgent : Sidiki Diabaté a été libéré


Quelques centaines de personnes, essentiellement des femmes, avaient défilé fin septembre à l’appel d’associations pour exiger une législation spécifique et la fin de « l’impunité » pour les auteurs de violences envers les femmes.

Sidiki Diabaté accueillie par sa mère

« Toutes les démarches ont été faites, nous avons eu la liberté provisoire pour Sidiki Diabaté », a déclaré son manager, Aly Traoré, dit « Castro », en précisant qu’elle avait été obtenue contre le versement d’une caution.

Le manager disait attendre qu’il y ait « moins de monde aux alentours de la maison d’arrêt de Bamako pour le faire revenir à la maison sans bruit ».

0

Tu as aimé cet article ?

Alors inscris toi vite à notre newsletter pour ne rien manquer des derniers buzz !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

À lire aussi