Sierra Leone : Abolition de la peine de mort depuis la 1ère exécution en 1798

peine mort
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

La Sierra Leone a officiellement aboli la peine de mort et devient ainsi le 23e pays africain à abroger la peine capitale.

Le président Julius Maada Bio a signé vendredi le projet de loi après que les législateurs de l’ancienne colonie britannique eurent voté à l’unanimité en sa faveur le 23 juillet.

Lors d’une cérémonie dans la capitale Freetown, Bio a déclaré que le pays d’Afrique de l’Ouest avait « exorcisé les horreurs d’un passé cruel » après une longue campagne pour mettre fin à la peine capitale.

Dans un communiqué, le président a dénoncé la peine capitale « inhumaine ». « Aujourd’hui, nous affirmons notre foi dans le caractère sacré de la vie », a-t-il déclaré.

En vertu de la nouvelle loi, l’exécution sera remplacée par la réclusion à perpétuité ou une peine d’emprisonnement minimale de 30 ans pour des crimes tels que le meurtre ou la mutinerie.

Le projet de loi donne également aux juges un pouvoir discrétionnaire supplémentaire lorsqu’ils prononcent des peines, ce qui, selon les opposants à la peine capitale, est particulièrement important dans les cas où la personne condamnée est victime de violences sexuelles.

Des groupes de la société civile se sont battus pendant des années pour que la peine de mort soit abolie dans le pays, qui se remet encore après des décennies de guerre civile.

« La peine de mort est le châtiment cruel, inhumain et dégradant ultime qui n’a pas sa place dans notre monde », a déclaré Amnesty International au moment du vote.

Le vice-ministre de la Justice, Umaru Napoleon Koroma, a déclaré à l’agence de presse AFP que la première exécution enregistrée en Sierra Leone datait de 1798 – environ une décennie après que la Grande-Bretagne ait fondé la colonie pour les esclaves affranchis en 1787.

Quatre-vingt-quatorze personnes vivaient sous le coup d’une condamnation à mort fin 2020, a ajouté le ministre.

Les condamnations à mort enregistrées en Sierra Leone sont passées à 39 en 2020 contre 21 en 2019. La nation ouest-africaine a observé un moratoire sur les exécutions, mais les prisonniers condamnés à mort vivent toujours séparément des autres détenus, ce qui, selon les militants, est déshumanisant.

LIRE AUSSI : Kenya : La danse Kwara Kwara interdite ; elle serait la cause de grossesses et d’envies sexuelles chez les jeunes

Source : Aljazeera

0

Tu as aimé cet article ?

Alors rejoins nous sur nos différents canaux de diffusion
pour ne rien rater de nos dernières actus !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

À lire aussi