Sonia Rolland : L’ancienne Miss France est accusée de « recel de détournement de fonds » suite à un fait remontant à 2003

Sonia Rolland Miss France détournement 800.000 euros
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

L’ancienne Miss France Sonia Rolland aurait été entendue auprès d’un commandant de l’Office central de répression de la grande délinquance financière (OCRGDF). En effet, Sonia Rolland apparait dans une affaire de « biens mal acquis« ; elle aurait accepté en 2003 un appartement d’une valeur de 800.000 euros de la part de l’ancien président Omar Bongo Odimba.

Selon les enquêteurs, l’appartement dans le XVI ème arrondissement parisien a été acheté « sur plan » qui vaut la somme faramineuse 800.000 euros les a alerté. Alors qu’ils étaient entrain d’enquêter sur la provenance de la fortune de la famille Bongo et cet appartement a fait son apparition dans les dépenses.

En effet, Sonia Rolland élue Miss France en 2000, a des origines rwandaises. L’année qui a suivi son sacre, elle a décidé de créer une association en vue d’aider des enfants de son pays notamment ceux victimes du génocide. Selon le média Libération, l’ancienne Miss France a déclaré que même après son mandat, elle a continué par travailler dans les domaines de concours de beauté.

LIRE AUSSI : Génocide rwandais : Les responsabilités de la France enfin situées

C’est dans ces fonctions qu’elle a raconté la Première Dame du Gabon à l’époque, Edith Bongo qui dit la considérer comme sa « petite sœur ». Selon Le quotidien, une entreprise de décoration française avec des chèques émis par la BNP. Un compte de la filiale de la banque française au Gabon était alimenté par des valises de cash livrées par des proches d’Omar Bongo.

Selon les enquêteurs, la famille Bongo aurait dépensé en tout de la même manière une somme de 40 millions d’euros.

Enfin, Sonia Rolland assure ne rien connaitre de ce subterfuge et déclare qu’elle n’était pas en position de refuser le présent à l’époque puisqu’elle était très jeune (22 ans).

0

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

À lire aussi