Tanzanie : Apparition d’une maladie mystérieuse avec des patients vomissant du sang, 15 morts recensés

Tanzanie maladie mystérieuse
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

Une maladie mystérieuse qui fait vomir du sang a tué 15 personnes et en a hospitalisé plus de 50 autres en Tanzanie. La maladie détectée dans la région sud de Mbeya du pays a tué principalement des patients masculins dans les heures qui ont suivi le développement des symptômes, a rapporté The Sun.

La Tanzanie est limitrophe de la République démocratique du Congo (RDC), où Ebola a récemment tué une femme trois mois après l’annonce de la guérison du « dernier patient Ébola » du pays en Équateur. Des équipes médicales d’experts ont été déployées dans la région pour tenter de découvrir la cause de l’épidémie.

Tanzanie maladie mystérieuse

Felista Kisandu, le médecin-chef local, a confirmé qu’une équipe d’experts avait été dépêchée pour évaluer les patients et enquêter sur la cause de leur maladie. Il a déclaré :

« Ce problème n’a pas été généralisé. Cela s’est produit dans un seul service administratif d’Ifumbo où les gens vomissent du sang et meurent lorsqu’ils arrivent tard à l’hôpital.»

 Il  a déclaré que la cause de leur maladie n’avait pas encore été identifiée mais que le ministère tanzanien de la Santé « avait exclu une épidémie », selon le média. Il a ajouté :

« Les premiers examens cliniques ont révélé que les patients, pour la plupart des hommes, souffraient d’ulcères d’estomac et de maladies du foie. Nous leur avons conseillé d’éviter de boire des breuvages illicites, de fumer des cigarettes et d’autres boissons fortes. »

Les autorités analysaient des échantillons d’eau et du sang de patients pour détecter des traces de contamination au mercure. Pendant ce temps, la ministre tanzanienne de la Santé, Dorothy Gwajika, aurait ordonné la suspension de Kisandu en raison de ses propos.

Lire aussi :

0
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

À lire aussi