Tech : Voici le robot chirurgical qui va révolutionner la neuroscience

Système nerveux
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

La neuroscience est la science qui étudie le système nerveux depuis sa structure jusqu’à son fonctionnement en passant par tous les organes le composant. C’est assez délicat de manipuler le système nerveux et seuls de grands spécialistes arrivent à faire des opérations au niveau de cette partie du corps humain.

Récemment, des chercheurs en Suisse ont mis au point un robot chirurgical qu’ils ont baptisé « Navigation robotisée par flux de sondes endovasculaires ». Selon les chercheurs, ce robot réduirait le temps des opérations au niveau du système nerveux.

Le professeur Selman Sakar, assistant chercheur à l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL) déclare :

« Il est extrêmement difficile de naviguer dans le minuscule et tortueux système vasculaire cérébral sans provoquer de lésions tissulaires. »

Pour y remédier, des études ont été fait et le 22 Décembre dernier, les chercheurs ont publié dans Nature Communications, le résultat de leurs travaux : un dispositif plus fin qu’un poil humain qui va se déplacer dans des vaisseaux sanguins sans causer de dégât.

Le dispositif n’a pas encore été testé sur les hommes, mais va d’abord l’être sur des animaux.

Lire aussi : Tech : Google lance l’essayage virtuel de maquillage

Comment se présente la sonde ?
Un robot chirurgical pourrait révolutionner la neuroscience
siècledigital.fr

L’un des chercheurs de l’équipe, Lucio Pancaldi-Guibbini, a déclaré qu’il se composait d’une pointe ultra flexible en polymère biocompatibles, qui se déplace grâce à l’énergie hydro cinétique, soit une énergie mécanique découlant du mouvement des liquides. Il continue en disant :

 « C’était comme si l’on jetait un hameçon de canne à pêche dans une rivière. Il va être transporté par le courant. Il suffit de retenir l’extrémité de l’appareil et de laisser le sang l’ entraîner vers les tissus les plus périphériques. Nous faisons tourner doucement l’extrémité magnétique du dispositif aux bifurcations pour choisir un chemin spécifique. »

A Selman Ankar de renchérir :

« Le dispositif est contrôlé par ordinateur et il pourrait être connecté à un autre robot qui utilisera la carte détaillée du système vasculaire fournie par une IRM ou un scanner du patient pour guider de manière autonome le dispositif vers sa destination. Il pourrait être couplé avec d’autres technologies, comme un programme informatique qui utiliserait les informations visuelles fournies par un fluoroscope pour localiser l’appareil et calculer une trajectoire en temps réel afin de faciliter l’opération manuelle. »

siècledigital.fr

Lire aussi : Tech : Zoom veut-il tenir tête à Google et Microsoft ?

1

Tu as aimé cet article ?

Alors inscris toi vite à notre newsletter pour ne rien manquer des derniers buzz !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

À lire aussi