Togo : Orgie à 2500f, le gouvernement s’en mêle

Togo soirée sexe
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

C’est la pagaille sur le net depuis qu’une certaine affiche invitant à une épique « nuit de la b**** » a commencé à circuler parmi les internautes Togolais. Au menu, participation à 5.000f (moins de 10 dollars) et réservations à 2.500f (moins de 5 dollars), c’est vous dire.

Togo soirée sexe


Sur l’affiche, il est écrit : « Le respect des mesures barrières ». On se demande comment cela se fera. Rien que pour ça, le spectacle en aura sûrement valu la peine pour ceux et celles qui ont été intéressés par la « soirée ».
Mal(H)eureusement, le gouvernement Togolais et plus spécialement la Mairie de Lomé a décidé d’y mettre son grain de sel et a simplement interdit ladite « soirée de la b**** ».

Togo soirée sexe


On pense notamment aux enfants qui ne seront pas propulsés de manière aussi irresponsable dans ce monde, étant donné le risque que peut générer ce genre d’orgie à la ramasse. Il suffit de jeter un coup d’œil à l’affiche. On s’étonne qu’en pleine pandémie mondiale, la bêtise humaine n’ait pas diminuée d’ampleur.


On pense également aux maladies et autres infections sexuellement transmissibles qui ne seront pas propagées, vu que l’hygiène corporelle des participants n’était pas garantie.

Togo soirée sexe


On pense aussi à tous ceux qui ne verront pas leurs sextapes et autres nudes circuler sur les réseaux sociaux et à tous les problèmes existentiels que la Mairie de Lomé leur a évités. Le voyeurisme étant un délit, notre dernière pensée va à ceux qui ne s’en verront pas accuser.

À l’heure actuelle, les organisateurs sont activement recherchés dans la capitale du petit pays de l’Afrique de l’Ouest selon le communiqué officiel de la Mairie.

Pour joindre les deux bouts en début d’année, il y a mieux comme perspective à moindre coût ; la preuve :



0
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

À lire aussi