Togo : Un groupe de s€xe à domicile fait du bruit sur la toile

Togo groupe sexe domicile fait bruit toile
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

Au Togo , un groupe de sexe à domicile fait du bruit sur la toile . Selon le message véhiculé , il suffit de payer l’adhésion à 5200 FCFA , pour passer un bon moment avec une fille chaude . Des contacts ont été laissés sur l’affiche pour cette finalité .

Nous sommes disponible pour les plans sexe à domicile . Tu payes l’adhésion 5200 et tu as droit à une fille en fonction de ta localité .

Apparemment c’est « un business » sérieux puisque l’annonce présentait aussi la photo de jolies jeunes filles dans des positions très suggestives .

La rédaction de Gnadoe Magazine a alors décidé d’approcher l’une des filles , célèbre sur les réseaux sociaux et se trouvant sur l’affiche . Celle-ci a répondu qu’elle n’est pas au courant de cette affaire . Elle était assez bouleversée, ce qui donna plus de sincérité à ses propos .

Intrigué, Gnadoè Magazine cherchera à éclairer la situation. Elle contactera alors l’auteur de l’affiche . Celui-ci très amène , confirmera bel et bien les écrits du communiqué . Mais lorsque le magazine local a mentionné avoir contacté la fille directement , le proxénète commencera à se méfier .

La situation va s’envenimer, lorsque la rédaction du magazine demandera à voir la fille avant de payer , en mentionnant qu’il est louche et que Gnadoe va prévenir la police pour le signaler. En ce moment l’homme va carrément devenir haineux en vociférant des insultes : « chien , fils de pute , batard «  .

L’attitude du monsieur montre ainsi qu’il s’agit d’une escroquerie . La cybercriminalité est une infraction qui est punie par la loi.

LIRE AUSSI : Top 20 des pays qui ont le plus souffert des escrocs (FBI)

.Source : Gnadoè Magazine

4
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

À lire aussi