Top 6 des pires clips vidéos qui ont osé défier la religion comme « Montero » de Lil Nas X

Top 6 des pires clips vidéos qui ont osé défier la religion
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

Depuis une semaine, le rappeur Lil Nas X fait polémique avec le clip de « Montero », qui mélange relation homosexuelle explicite et vision des enfers. Une scène surtout a fait bondir les plus conservateurs, celle où Lil Nas X assure une danse lascive version stripper sur… Satan en personne.

Dans un pays comme les États-Unis, où la représentation de la religion est encore taboue, le mélange avec le sexe cru et l’homosexualité créé un cocktail explosif qui lève les masques de tout le monde – même en temps de pandémie mondiale. Lil Nas X n’est clairement pas le premier artiste à se servir du clip pour faire passer un message avec une vision clivante et provocatrice.

Top 6 des pires clips vidéos qui ont osé défier la religion

Voici 6 clips qui ont choqué à leur sortie, pour leurs fortes évocations à la sexualité débridée ou pour leur provocation envers la religion et les croyances. Parfois même les deux à la fois.

LIRE AUSSI : Grammy 2021 : Burna Boy remporte le meilleur album de musique mondial

De nombreux clips récents auraient pu rentrer dans cette catégorie, notamment tous ceux de Cardi B, mais le choc était encore plus puissant avec les clips qui ont ouvert la voie. Soyons donc choqués ensemble, avec cette sélection de vidéos qui ont marqué leur temps.

Queen – « Body Language » (1982)

Mais c’est surtout un clip qui va créer la polémique, celui de « Body Language ». Jugé explicite et avec trop de nudité (alors que tous les membres du groupe sont habillés), ce clip sera le premier à être banni de la chaîne spécialisée MTV et interdit d’antenne de nombreuses années. Pourtant, quand on le revoit maintenant, près de 40 ans après, il paraît bien sage, même si les danses lascives miment aisément des actes sexuels, souvent gays. Comme Frankie Goes To Hollywood ou Soft Cell à la même époque, Queen ébranlait ainsi un tabou, celui de l’homophobie rampante et des clichés bigots autour de la représentation de la sexualité. Un des premiers clips controversés.

0

Tu as aimé cet article ?

Alors inscris toi vite à notre newsletter pour ne rien manquer des derniers buzz !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

À lire aussi