Un marabout débarque dans une église pleine de fidèles pour réclamer son fétiche chez le pasteur; le choc total !

pasteur marabout récupère son fétiche
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

Un marabout populaire au Ghana, du nom de Kwaku Bonsam, aurait pris d’assaut une église pour récupérer son Juju (charme) auprès d’un pasteur. Dans la vidéo, on peut voir le marabout et son équipe perturber les activités dans l’église tout en demandant au pasteur de rendre le Juju qu’il lui a remis.

L’on peut entendre Kwaku Bonsam dire «Je t’ai dit de patienter», mais il n’est pas sûr s’il s’adressait directement au pasteur, totalement déconcerté par le mouvement inattendu du marabout.

LIRE AUSSI : Un pasteur soumet une passante très sexy à une prière de délivrance (vidéo)

Dans une interview, le marabout a récemment déclaré qu’il avait des clients pasteurs à travers le continent africain – environ 1 700 d’entre eux – et qu’ils le sollicitaient pour différents charmes pour accroître l’adhésion à leurs églises, rapporte Pulse NG.

pasteur marabout récupère son fétiche

«Plus de 1 700 pasteurs et soi-disant hommes de Dieu de différentes régions d’Afrique m’ont contacté, cherchant des pouvoirs pour accomplir des miracles, y compris le prophète T. B Joshua du Nigeria. C’est mon petit. Je le défie de sortir et de nier cela.”

“Outre les pasteurs, de nombreux hommes d’affaires éminents et fondateurs d’églises célèbres en Afrique fréquentent mon sanctuaire pour mes services et s’ils le nient, je les nommerai.”

Bonsam, qui opère depuis un sanctuaire à Sa-Peiman, un village à la périphérie de Nsawam dans l’est du Ghana, a déclaré que son dieu s’appelle Kofi-Kofi et lui fournit des pouvoirs surnaturels dont les pasteurs de tous horizons ont désespérément besoin.

Voici la vidéo :

0
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

À lire aussi