Une fille atteinte du syndrome de Raiponce, mange ses cheveux et finit en salle d’opération

syndrome de Raiponce
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

Une fille au Royaume-Uni qui vit avec le syndrome de Raiponce a dû subir une opération à l’estomac pour enlever une boule de poils de 19 pouces de long. Le syndrome de Raiponce est un problème de santé mentale qui pousse une personne à consommer de manière compulsive ses propres cheveux, ce qui entraîne un blocage intestinal.

Dans le cas de cette adolescente, elle a subi une déchirure à l’estomac après que la boule de poils lui ait déchiré la muqueuse de l’estomac, selon ScienceAlert.

Lire aussi :

Après que deux évanouissements aient laissé la jeune femme de 17 ans avec un visage meurtri, elle a été administrée dans un hôpital où des professionnels ont exclu un traumatisme crânien en raison de son abdomen élargi et de ses plaintes de douleurs au ventre.

Une tomodensitométrie a trouvé une grande masse à l’intérieur de son « estomac grossièrement distendu » et une déchirure dans la muqueuse. Les médecins ont également découvert que la jeune fille avait des antécédents de trichotillomanie, qui amène une personne à s’arracher les cheveux, et de trichophagie, qui est la consommation compulsive de cheveux.

Les deux conditions sont extrêmement rares, selon le point de vente. 0,5% et 3% des personnes souffrent de trichotillomanie et seulement 10% à 30% de ces cas développeront une trichophagie. Et seulement 1% des personnes atteintes des deux souffriront du syndrome de Raiponce.

syndrome de Raiponce

Après que les médecins aient enlevé la boule de poils, qui avait « formé un plâtre de tout l’estomac », ils ont réparé la déchirure. Elle a ensuite reçu des soins psychiatriques et a été renvoyée chez elle sept jours plus tard.

Elle aurait maintenant « bien progressé grâce aux conseils diététiques » et à l’aide d’un thérapeute.

0
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

À lire aussi