Urgent/Congo-Brazza : La cause de la mort du principal opposant Guy-Brice Parfait Koléla est dévoilée par la France

Guy-Brice Parfait Koléla mort cause Covid-19
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

Une enquête avait été ouverte en France après le décès du principal opposant à Denis Sassou-Nguesso réélu dès le premier tour du scrutin selon les résultats provisoires de la Commission électorale. Guy-Brice Parfait Kolélas est décédé à son arrivée en France par avion médicalisé le 22 mars, au lendemain de l’élection présidentielle au Congo-Brazzaville. Les causes du décès de l’opposant ont suscité des interrogations dans le pays.

Immédiatement après le constat du décès de Guy-Brice Parfait Kolélas à Paris, une enquête pour rechercher les causes de la mort de l’opposant a été lancée et confiée à la brigade criminelle. Et dans un communiqué mercredi, le parquet de Bobigny explique « que les différentes investigations menées par l’Institut médico-légal de Paris révèlent que ses poumons étaient très altérés. »

Guy-Brice Parfait Koléla mort cause Covid-19

L’autopsie menée le lendemain de sa mort conclut à une « insuffisance respiratoire compatible avec la constatation médicale congolaise de Covid-19 ». Sa contamination au coronavirus a d’ailleurs été confirmée par « la virologie moléculaire », précise le communiqué.

LIRE AUSSI : Urgent : Denis Sassou Ngesso réélu président

Le parquet rappelle que l’état de santé de l’homme politique de double nationalité s’est dégradé dans l’avion qui le rapatriait en France. Il est décédé en vol, en présence d’un médecin sanitaire, de son médecin de famille et de sa femme Nathalie Kolélas.

Au Congo ces derniers jours, plusieurs messages publiés sur les réseaux sociaux et partagés de nombreuses fois considéraient qu’il avait pu être victime d’un empoisonnement.

0

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

À lire aussi