Urgent-Covid-19 : 2021 serait pire que 2020

Covid-19 Chine 2020 pire que 2021
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

Un nouveau rapport publié par des chercheurs chinois estime que l’impact de la pandémie pourrait être pire cette année qu’en 2020. Dans le moins bon des scénarios, le bilan mondial du Covid-19 pourrait ainsi totaliser jusqu’à 5 millions de décès en mars. Un pessimisme renforcé par les mutations du virus.


Selon des chercheurs de Pékin, la méthode chinoise de confinement massif et de restrictions sanitaires drastiques ne sera plus suffisante face à l’évolution du Covid-19 en 2021.
Un nouveau rapport publié par des chercheurs chinois estime que l’impact de la pandémie pourrait être pire cette année qu’en 2020. Dans le moins bon des scénarios, le bilan mondial du Covid-19 pourrait ainsi totaliser jusqu’à 5 millions de décès en mars. Un pessimisme renforcé par les mutations du virus.

Xu Jianguo sait de quoi il parle. Ce bactériologiste réputé a dirigé l’une des premières équipes d’experts envoyées à Wuhan au début de l’épidémie en Chine, il y a un an. Ce même professeur Xu a, cette fois, coordonné les travaux de recherche des laboratoires du Centre chinois de contrôle et de prévention des maladies, de l’Armée populaire de libération et de différents instituts de recherche militaires et civils du pays sur les maladies infectieuses, dont les résultats ont été publiés le 8 janvier dernier dans la revue Disease Surveillance.

LIRE AUSSI : USA : Le pays en état de siège pour contrer toute tentative des pro-Trump


Les modélisations de l’évolution de la pandémie, selon ces chercheurs, prévoient au bas mot 300 000 morts supplémentaires début mars et, dans le pire des scénarios, un bilan mondial atteignant 5 millions de décès d’ici là. Si cette triste prévision se confirme, cela voudrait dire un taux de mortalité non plus à 2,1%, mais à 3% comme dans la capitale du Hubei, l’hiver dernier, où les hôpitaux se sont retrouvés submergés par l’afflux des malades.

Limites de la méthode chinoise

Selon un chercheur de l’institut Pasteur de Shanghai non impliqué dans l’étude et dont les propos sont rapportés par le South China Morning Post, cela pourrait conduire à l’effondrement du système de santé mondial. Ce qui voudrait dire aussi qu’avec la mutation du coronavirus, ce dernier pourrait se cacher dans la population et réapparaître à chaque saison. Dans ce cas, selon ces chercheurs, le confinement massif, les tests, les mesures drastiques de restrictions sanitaires et, plus généralement, la méthode chinoise, qui a permis d’endiguer l’épidémie, ne serait plus suffisants.

0

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

À lire aussi