Urgent-Covid-19 : L’Afrique du Sud touchée par une nouvelle variante du coronavirus

Afrique du Sud covid-19
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

Depuis l’annonce de la mutation de la pandémie du coronavirus au Royaume-Uni, les pays ont décidé de renforcer encore plus leur système de riposte face à la propagation du virus. Peut-être c’est déjà trop tard pour l’Afrique du Sud qui dénote déjà des cas liés à la nouvelle souche du virus.

En effet, après le Royaume-Uni, l’Afrique du Sud annonce à son tour avoir détecté une nouvelle variante du coronavirus sur son territoire. Cette mutation a été annoncée, ce week-end, par le ministre de la Santé sud-africain qui s’appuie sur les recherches de scientifiques nationaux. Cette nouvelle variante du Covid-19 semble se propager plus rapidement.

Lire aussi : Urgent-Coronavirus : Mutation dangereuse du virus au Royaume-Uni et dans ce pays d’Afrique

Le pays compte au total plus de 900 000 cas positifs et près de 25 000 morts. Depuis le mois dernier, l’Afrique du Sud connaît une deuxième vague et le Covid-19 est davantage transmis par les populations les plus jeunes. Les mutations des virus sont une chose tout à fait normale et courante et les autorités indiquent qu’il n’y a pas lieu, pour l’instant, de paniquer. Elles précisent néanmoins que cette variante semble se propager plus rapidement.

Cette nouvelle forme du virus répond au doux nom de « variante 501.V2 » et elle pourrait expliquer, selon le ministre de la Santé, Zweli Mikhize, la rapidité des transmissions que connaît actuellement le pays. En effet, certaines régions comme le Cap-Occidental recensent désormais plus de cas durant cette deuxième vague par rapport à la première.

Des cas plus graves ?

Les chercheurs ne connaissent pas encore tous les effets de cette mutation qui est due à un changement sur la protéine qui entoure le virus. Cette modification est d’abord apparue dans la métropole de Nelson Mandela Bay, avant de se propager.

Les scientifiques tentent désormais de savoir si cette nouvelle forme peut provoquer des cas plus graves et si elle pourrait nuire à l’efficacité des futurs vaccins. Les essais cliniques, toujours en cours dans le pays, seront surveillés de plus près et les chercheurs sud-africains sont en contact avec leurs collègues britanniques pour comparer leurs recherches.

Le ministre encourage la population à ne pas relâcher les gestes barrière, alors que cette deuxième vague est aussi favorisée par les festivités de fin d’année et les vacances d’été.

Avec RFI

0

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

À lire aussi