Urgent : Un prêtre volontaire serait mort après injection du vaccin du coronavirus

prêtre décédé vaccin
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

Le 28 novembre dernier, un prêtre nommé John Fields est décédé en Pennsylvanie aux États-Unis. En effet, il faisait partie des volontaires pour le vaccin du grand laboratoire Moderna, le principal rival de Pfizer dans cette course au vaccin.

Tout d’abord, les internautes qui sont contre le vaccin ont relayé l’information selon laquelle le vaccin en était la cause et qu’il était dangereux. Mais avec un peu de recul, on en doute.

En effet, le prêtre était assez âgé ; il avait 70 ans. Il aurait pris le vaccin le 31 août et le 1er octobre. Après, il n’aurait eu aucun effet secondaire. Sur Catholic Philly, on peut dire que la cause de la mort n’a pas été déterminée.

Lire aussi : Coronavirus : Voici pourquoi le premier vaccin sera d’abord injecté à cette vieille de 90 ans

Il s’est porté volontaire pour stopper les millions de morts à travers le monde. Il faut savoir qu’il avait dit à un de ses paroissiens en phase terminale de cancer qui s’était inscrit à l’époque à une étude expérimentale sur le cancer. Alors lorsqu’il a testé positif au Coronavirus, il n’a pas hésité.

Il faut savoir qu’en faisant le test comme tout laboratoire digne de ce nom, Moderna a injecté à 50 % des volontaires le vaccin élaboré et aux 50 % autres un simple placebo, injection qui ne contient aucune substance active.

Il s’agit bien sûr d’un test à l’aveugle. Donc à l’heure actuelle, personne ne sait si le prêtre a été vacciné ou pas.

Selon certaines sources, il serait mort à la suite d’un AVC, pas du vaccin injecté. Rien ne confirme les causes exactes de la mort du prêtre.

Lire aussi : Coronavirus : Le monde connait un moment cruel de l’histoire avec plus de 1,5 millions de décès

0

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

À lire aussi