USA : Le bannissement des réseaux sociaux de l’ex président Donald Trump porte ses fruits

Donald Trump réseaux sociaux
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

Pendant les élections présidentielles, Donald Trump partageait des informations considérées comme des intox ou Fake news qui lui ont valu des suspensions temporaires ou définitives sur certains grands réseaux sociaux.

Si on faisait le point ?

Le compte Twitter de Donald Trump a été définitivement suspendu avec ses plus de 88 millions d’abonnés. Snapchat a dit vouloir le suspendre pour de bon, le jour de l’investiture de Joe Biden. Shopify ferme les deux boutiques officielles de l’ex président, Facebook avait d’abord commencé par supprimer ses vidéos liées à l’assaut du capitole, Instagram et YouTube quant à eux ont décidé de le bloquer temporairement pour une durée indéterminée. La plateforme chinoise TikTok aussi a supprimé toutes les vidéos de Donald Trump liées à la prise du capitole.

Lire aussi : USA : Le pays en état de siège pour contrer toute tentative des pro-Trump

Face à l’incitation à la violence de l’ex président, les émeutes engendrées, les intox partagées, des rumeurs, les réseaux sociaux ont décidé de prendre des mesures strictes contre ce qu’ils ont nommé des désinformations liées aux élections présidentielles. Il s’agit concrètement des rumeurs lancées par ce dernier concernant les fraudes électorales et des truquages lors des élections.

Depuis le 15 janvier, une campagne de nettoyage digitale a lieu, avec le bannissement définitif de Donald Trump sur Twitter et aujourd’hui, ces conversations ou publications sont passées de 2,5 millions à 688 000 soit une baisse de 73% en seulement 5 jours.

Une première dans l’histoire d’un président qui va être destitué.

Lire aussi : USA : « S’ils étaient noirs, ils auraient été tués » , déclare une élue du parti démocrate

0

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

À lire aussi