Voici pourquoi Burna Boy est l’héritier culturel de Fela Kuti

Burna Boy Fela Kuti
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

Le succès est au rendez-vous avec Burna Boy, de son vrai nom Damini Ebunoluwa Ogulu. Le « plus grand depuis Fela Kuti » de son propre aveu a su faire parler de lui aux quatre coins du monde.

Il a été nominé aux plus prestigieux awards et en a même remporté certains comme les MTV EMA de 2019.

Le fil qui relie Burna Boy au pionnier de l’Afrobeats, Fela Kuti, est sa famille à savoir sa mère, son grand-père et son père.

Burna Boy a une fois dit :

« Assurez-vous de savoir d'où vous venez et de connaître la force que vous exercez.» – Burna Boy Cliquez pour tweeter

Cette phrase s’applique à lui à la perfection. Il a grandi dans une famille qui fut très connectée à Fela Kuti dès les débuts de ce dernier.
La maman et manager de Burna, Bose Ogulu, était autrefois une danseuse de Fela Kuti, il se murmure même qu’il y aurait eu une histoire d’amour entre eux.

Burna Boy Fela Kuti
Bose Ogulu et Fela Kuti

Le père de cette dernière, Benson Idonije, qui fut une personnalité de radio très influente de son temps, fut également le premier manager de Fela Kuti.

Burna Boy Fela Kuti
Burna et son grand-père Benson Idonije

Quand à son père Samuel Ogulu, il était le meilleur ami de l’icône.

Burna Boy Fela Kuti
Bose et Samuel Ogulu, les parents de Burna


Le jeune Burna a donc été biberonné à la musique de Fela. Burna Boy a commencé à faire de la musique à 10 ans, puis il a déménagé à Londres pour des études universitaires avant de rentrer au bercail en 2010 à 19 ans.


En voulant lancer sa carrière musicale, il s’est naturellement tourné l’ambiance reggae-dancehall que son père consommait, et vers la musique afrobeat que son grand-père préférait. C’est de cette combinaison qu’il a forgé sa propre identité musicale.

Burna Boy Fela Kuti

Un autre fil à examiner qui l’unit à Fela Kuti est l’impact activiste de l’icône qu’il a toujours vu en sa mère et son grand-père. On se rappelle tous du discours de sa mère aux BET Awards. Par rapport à cet aspect des choses, Burna Boy a déclaré :

« Tout le monde a son héros. Pour moi, c'est mon héros. » – Burna Boy à propos de Fela Kuti Cliquez pour tweeter

En 2019, lors d’un spectacle à l’Olympia de Paris, Burna a chanté dans ses sous-vêtements et a fumé des cigarettes en compagnie de sa mère et de son grand-père.

Burna Boy Fela Kuti
Burna porte un collier représentant Fela Kuti

Comme Fela. Sur L.I.F.E., sa première pochette d’album, la photo de Fela est en grande partie en relief tandis qu’il porte également un tatouage de son image. De plus, il a un collier de Fela avec les deux poings autour du cou.


En 2019, à seulement 28 ans, Burna Boy s’est érigé en activiste exigeant la responsabilité du gouvernement pour le bien de l’homme moyen et devenant un réformateur social, têtu comme Fela. Son hit « Ye » est devenu l’hymne des jeunes Nigérians, qui avaient même voté une pétition pour que la chanson devienne l’hymne national de leur pays.

Comme Fela Kuti, Burna Boy a compris l’impact social qu’un artiste peut avoir sur la vie de ses contemporains et de la postérité à travers son art.


Le travail principal de tout musicien est d’être un artiste. L’artiste n’a pas envers ses fans ou le public un devoir d’activisme ni même une conscience sociale. Ce n’est pas son travail. Son travail est de divertir.
Mais certains musiciens sont plus que « de simples artisans » de leur savoir-faire. Ce sont des « artistes ». Ils se présentent comme une figure ambitieuse et une voix pour le peuple.
Et ça, ce qu’était Fela Kuti. Et c’est ce qu’est Burna Boy.

Burna Boy Fela Kuti


Fela représentait pleinement sa génération dans sa lutte pour les droits civiques de ses compatriotes à l’image d’un Martin Luther King aux USA. Tandis que Burna Boy chante :

« Je veux profiter de la vie/ je veux acheter un moto. Je veux construire une maison / je veux toujours arriver… Je ne suis pas prêt / à mourir pour rien »- Ye de Burna Boy Cliquez pour tweeter

Une ode à notre génération de #Hustlers. De jeunes Nigérians et par extension Africains, déterminés à atteindre l’eldorado à force de persévérance et de dur labeur.

0

Articles similaires

Tu as aimé cet article ?

Alors rejoins nous sur nos différents canaux de diffusion
pour ne rien rater de nos dernières actus !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

À lire aussi