Yapo Yves : Le garçon spécialiste de 10 coups au lit condamné à 6 mois d’emprisonnement

Yapo Yves spécialiste 10 coups

Yapo Yves Yannick est un jeune garçon ivoirien dont les images ont récemment fait le tour des réseaux sociaux, suscitant la curiosité chez plusieurs.

Les faits

Le 29 juillet 2022, Yapo Yves Yannick, 28 ans, était interpellé sur la voie publique, défilant entre des véhicules au niveau d’un rond-point de la commune de Cocody, et tenant une pancarte sur laquelle était inscrit « Garçon qui fait 10 coups, c’est moi » avec un numéro de téléphone à contacter.

Selon un communiqué du Parquet, appréhendé et déféré, il a été jugé et condamné ce jour à une peine d’emprisonnement de 6 mois dont 3 mois fermes pour des faits de racolage actif et d’outrage public à la pudeur.

Lire aussi :  Hamond Chic : Après Abidjan, la coach matrimoniale débarque à Conakry

Réseaux sociaux, lieu de débauche ?

Le Procureur de la République constate par ailleurs, avec regret, une expansion du proxénétisme, du racolage ainsi que de nombreuses autres atteintes à la moralité publique sur les réseaux sociaux.

Selon le communiqué, Adou Richard Christophe affirme que ces nouveaux canaux de communication sont régulièrement détournés de leur usage originel par des jeunes filles et jeunes gens, qui s’en servent pour appeler explicitement et publiquement à des rapports tarifés.

Lire aussi :  Thomas Adamandopoulos : Taclé sur ses performances au lit par son ex, il répond à chaud

Il en appelle au respect de la dignité humaine et de la moralité publique et met en garde les personnes qui utilisent les réseaux sociaux comme lieu de débauche, les proxénètes ainsi que les personnes qui, par tous moyens, procèdent publiquement au racolage des personnes en vue de les provoquer à la débauche, et tient à leur indiquer qu’elles s’exposent à la rigueur de la loi pénale.

Lire aussi :  Brad Pitt converti en styliste ? Les stars sont dingues de sa jupe

Adou Richard Christophe fait savoir que les administrateurs des pages ou groupes de débauche sont également passibles de sanction pénale pour complicité des infractions qui y sont commises.

Le Procureur de la République Ivoirienne voudrait enfin, encore une fois, en appeler à une utilisation saine des réseaux sociaux, au sens de la responsabilité de chacun et surtout au strict respect des lois pénales.

Source : Koaci.com

Articles similaires

Tu as aimé cet article ?

Alors rejoins nous sur nos différents canaux de diffusion
pour ne rien rater de nos dernières actus !

[wp_applaud]

À lire aussi