Zambie : Priscilla Musonda affirme avoir eu 4 enfants avec son propre père’

[read_meter]
Priscilla Musonda Schaufelberger '' j'ai 4 enfants avec mon propre père''
[wp_applaud]
[wp_applaud]

Priscilla Musonda Schaufelberger une zambienne affirme avoir eu 4 enfants avec son propre père . A 60 ans , Priscilla décide de raconter la servitude sexuelle qu’elle a subi.

Pour l’initié aux expériences sexuelles , ses deux parents l’obligeait à être témoin de leurs ébats . Et oui, la mère biologique a été complice de ses actes monstrueux.

Donc en 1965, à 6ans, Priscillia, malgré son jeune âge, connaissait les histoires intimes d’adultes. Son père l’utilisait pour satisfaire ses envies sexuelles en dépit de ses trois femmes.

A 11 ans , la famille maternelle de Priscillia a découvert l’inceste du père. C’est alors que le frère de la mère de la petite, un policier a décidé de récupérer sa nièce avec lui pour l’emmener vivre à Mansa .

Ravie, Priscillia fera encore face à l’horreur quand sa mère viendra la chercher à la demande de son père avec un billet d’avion pour elle .

Pour la punir de son départ, son père l’enfermera pendant longtemps à Kafue pour la violer à sa guise. Il ne permettait jamais qu’elle soit en contact avec des personnes en dehors du cercle familial.

A 19 ans, Priscillia accouchera son premier enfant, le fruit de l’inceste . Le père ne s’est pas arrêté là. Comme pour prouver son autorité , il enceintera une deuxième fois sa fille.

A 23 ans alors , la jeune femme accouchera d’un 2e enfant incestueux. A ce stade , son père décide d’organiser un mariage secret pour officialiser ses rapports incestueux d’avec sa fille . Était-ce devant un maire? le chef du village? Serait-ce une tradition? En tout cas le mariage a eu lieu . Les membres de la famille étaient d’avis sur tout ce que le père incestueux faisait.

Lire aussi :  "Mon mari a couché avec nos 2 filles qu'il a enceintées"

LIRE AUSSI :Rehan Baig. : L’homme qui a violé des poules en complicité avec sa femme

Après notre mariage , j’ai eu deux autres enfants avec lui. Personne (la famille) ne s’y est opposé. Papa a loué une maison où je vivais avec mes enfants et d’autres membres de la famille. Il faisait semblant de venir voir les enfants, alors qu’en réalité il venait pour moi. Et je n’avais pas le droit de le repousser sinon il me battrait.

Au total, Priscillia a eu 4 enfants( deux filles et deux garçons)de son père. Elle a eu le 3e a 24 ans et le quatrième a 27 ans . Malgré le supplice qu’elle vivait, la jeune femme a terminé ses études qu’elle faisait par correspondance.

Le traumatisme qu’elle vivait du fait de l’inceste a agit sur son caractère . Au lieu d’être pleine de vie , Priscillia est devenue une jeune femme amère qui passait son temps à battre ses enfants qui lui rappelait sa vie incestueuse. Sa seule amie était une jeune fille qui avait aussi vécue une histoire similaire à la sienne : elle avait été abusée sexuellement à 8 mois.

En 1990, après 8 ans de mariage d’avec son géniteur , Priscillia ayant eu marre a décidé de prendre la fuite à maintes reprises . Ses plans n’aboutissaient jamais puisqu’elle était très surveillée.

Le suicide était devenu dès lors une option pour elle . Cependant, elle n’a jamais abandonné sa quête de la liberté. Finalement elle a pu se sauver de la torture sexuelle en rejoignant la rue. Aucun membre de sa famille n’a cherché à avoir de ses nouvelles après sa fuite.

Lire aussi :  Scandale : Un nigérian a épousé sa fille biologique et a eu 2 enfants avec elle

Pendant 1 an , Priscillia a déambulé les rues en faisant de la boisson son passe temps favoris. Et pendant la nuit , elle dormait sous le pont dans la zone commerciale de Kamwala, soit au terminus des bus interurbains .

Un jour , j’ai senti que ça suffisait . J’ai cessé de me sentir comme une victime. Vivre dans la rue m’a rendu forte. Je me suis dis que j’allais me battre et rendre ma vie digne.

C’était en 1991. Cependant , au poste de police , Priscillia a été rejetée. On croyait avoir affaire à une folle. Un officier qui se rendait au service l’ a trouvé aux abords du commissariat. Il a accepté entendre sa cause. Son père a été ainsi arrêté le même jour.

Son arrestation s’était répandue à tel point que le Zambia Daily Mail en a fait un article. C’était un homme respecté, photojournaliste de profession, il travaillait pour la presse publique.

Aucun membre de la famille n’a accepté aller soutenir Priscillia lors du procès au tribunal. Ils étaient tous en colère pour les actes de la jeune femme . Selon leurs pensées c’était une trahison.

Par manque de preuve, Priscillia va perdre le procès.

Ma propre mère m’a trahi au tribunal. Elle a dit aux juges que je n’étais pas la fille biologique de mon père et l’accusation d’inceste a été rejetée. Je sais que ma mère mentait pour protéger mon père. Je soupçonne qu’elle a été obligé de mentir par les autres femmes de mon père.

Priscillia est encore retournée à la rue. Cette fois , elle avait le soutient des deux magistrats du procès qui lui donnaient de quoi se nourrir et un asile.

Lire aussi :  Suspect 95 est le nouveau visage d’Infinix

LIRE AUSSI : Regina Daniels : Son mari Ned Nwoko retrouvé dans les bras d’une femme zambienne (photos)

Les magistrats ont aidé Priscillia à se réhabilliter dans la societé. Ils ont cherché un homme qui devait se charger de lui apprendre tout ce qu’il faut.

Après sa formation, elle se lancera dans les affaires transfrontalières . Elle rencontrera l’homme de sa vie au cours d’ un voyage . En 1999, elle épousera le monsieur. Reto Schaufelberger n’a pas pris en compte le passé , ce qui comptait pour lui c’est la vie qu’il aura avec sa femme.

Le couple a vécu pendant plus de 13ans en Suisse . En 2006 Priscillia va créer la fondation Schaufelberger Home of Abused (PSHAF) à Lusaka pour venir en aide aux enfants des foyers en difficulté. En ce moment , elle était encore en Suisse.

En 2013, elle a été persuadée par le président Michael Sata de revenir sur sa terre natale lors d’une de ses visites à Londres.

Priscillia sera l’auteur d’un livre Stolen Childhood dans lequel elle raconte en détail le supplice sexuel qu’elle a vécu.

LIRE AUSSI : Zambie : Un Sugar Daddy tue sa copine de 17 ans pour l’avoir trompé avec un jeune gars pendant les fêtes

Il m’a fallu 10ans pour publier mon livre. Au début, je n’avais pas confiance. Mais quand j’ai vu que les cas d’abus sexuels étaient en augmentation en Zambie, j’ai été obligé de le publier. Mais au moment où je vous parle, mes proches ne sont pas contents.

Articles similaires

Tu as aimé cet article ?

Alors rejoins nous sur nos différents canaux de diffusion
pour ne rien rater de nos dernières actus !

[wp_applaud]

À lire aussi