Zimbabwé : La ministre qui célébrait le Covid-19 comme le châtiment de Dieu, se bat contre la maladie

Oppah Muchinguri Kashiri
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

La ministre zimbabwéenne de la Défense, Oppah Muchinguri Kashiri, qui avait célébré le coronavirus comme le châtiment de Dieu contre les nations occidentales, se bat désormais contre la maladie.

Oppah Muchinguri Kashiri, en mars 2020, avait joyeusement proclamé que la maladie était le châtiment divin de Dieu contre les pays occidentaux pour avoir imposé des sanctions économiques au Zimbabwé.

Oppah Muchinguri Kashiri

Le président des États-Unis, Donald Trump, a été mentionné dans la tirade bizarre de la ministre. Lorsqu’elle a fait ces déclarations surprenantes, la maladie n’avait pas encore frappé le Zimbabwe.

Oppah Muchinguri Kashiri avait dit à ce moment-là :

« Le coronavirus est l’œuvre de Dieu punissant les pays qui nous ont imposé des sanctions. Ils restent maintenant à l’intérieur. Leurs économies hurlent comme elles l’ont fait à la nôtre. Trump devrait savoir qu’il n’est pas Dieu. »

Un journal local, Zim Morning Post, a rapporté que Muchinguri-Kashiri a contracté la maladie et subit actuellement un traitement dans la capitale.

La publication rapporte que d’autres hauts fonctionnaires du gouvernement qui luttent actuellement contre Covid-19 incluent la ministre des Affaires provinciales de Manicaland, Ellen Gwaradzimba, et l’ancien patron des prisons et des services correctionnels du Zimbabwe (ZPCS), le major-général à la retraite Paradzai Zimondi.

Le Zimbabwé a depuis enregistré 17.194 cas de Covid-19 et 418 décès. Le gouvernement a également imposé un confinement national de 30 jours à la suite d’un pic dans les cas de Covid-19, qui ont été appelés la «deuxième vague».

0
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

À lire aussi