Zodwa Wabantu : La célèbre danseuse aux grosses fesses n¥es qui trouble l’ordre public

Zodwa Wabantu grosses fesses nus
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

Toutes les stars ont leur particularité aussi remarquable qu’impudique comme c’est le cas de la très provocatrice danseuse Zodwa Wabantu. Vous aimez sa danse ? Alors vous allez devoir aimer aussi ses grosses fesses qu’elle laisse les fans admirer puisqu’ elle ne porte jamais de dessous. C’est aussi sa marque de fabrique.

De son vrai nom Zodwa Rebecca Libram, Zodwa Wabantu est née le 30 octobre 1970. Elle est une personnalité des médias sud-africains, mondaine et danseuse. Célèbre pour ses exhibitions dans des tenues osées Wabantu ne laisse personnes indifférent sur la scène ou en dehors.

Zodwa Wabantu : un style impudique et troubleur d’ordre public ?

Zodwa Wabantu  grosses fesses nues

En 2017, elle a été interdite de se produire au Zimbabwe en raison de la nature de ses prestations. Moins d’un an plus tard, c’est à dire en 2018,  Wabantu a été expulsée de Zambie pour des raisons similaires. Son spectacle a été annulé parce qu’elle danse sans sous-vêtements.

LIRE AUSSI : Aya Nakamura pose seins nus et enflamme la toile

Récemment la célèbre danseuse aux grosses fesses nues a fait une vidéo qui a failli faire pleurer ses fans lorsqu’elle annonçait la perte de sa tante.

Partageant une vidéo d’elle-même en train de pleurer avec ses 1,4 million d’abonnés Instagram, Zodwa a déclaré: « Ma tante est décédée. »

Selon le message, la tante de Zodwa est décédée après avoir contracté Covid-19. « Vivant aujourd’hui et demain tu es mort. Covid-19 est réel », dit-elle.

0

Tu as aimé cet article ?

Alors inscris toi vite à notre newsletter pour ne rien manquer des derniers buzz !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

À lire aussi